Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 17:07

41GQKZC5APL._SL500_AA300_.jpgEn voilà un titre pas banal ! Je pense même que c'est ce qui avant tout m'a attiré vers ce livre. Ensuite, comme pratiquement à chaque fois, le résumé de la 4ème de couverture, très bien fait. L'histoire n'est pas banale et peu sembler un peu dure au départ, mais c'est sans doute ce qui fait la particularité du livre de Gilles Paris.

Vous souhaitez sans doute, maintenant connaître l'histoire ou en tout cas en avoir un aperçu ? Je vous comprends, comment un livre peut-il à la fois traiter d'un sujet délicat et s'appeler Autobiographie d'une Courgette ? C'est très simple : Courgette, c'est le surnom d'un petit garçon de 8/9 ans qui tue par accident sa maman en pointant un revolver sur elle (je vous l'avais dit, ce n'est pas le pays des bisounours). Suite à cet accident le petit garçon qui s'appelle en réalité Icare est déclaré incapable mineur et placé en foyer. C'est à partir de ce moment-là que Courgette va découvrir ce que veut dire le mot famille et amis. Et oui, contrairement à ce que l'on pouvait penser, Icare n'était pas heureux avec sa maman qui buvait beaucoup trop et le frappait. Par contre, dans ce foyer, il se fait de nouveaux amis et se sent beaucoup plus protégé et aimé.

Je ne sais pas trop pourquoi j'ai choisi ce registre, sûrement pour changer de mes éternels romans policiers/historiques ^^. Malheureusement ce livre ne m'a pas convaincu. Malgré une histoire riche et très intéressante, Gilles Paris a préféré faire le choix de se mettre à la place de Courgette et de parler comme un enfant de 9ans. C'est très touchant, les 20 premières pages, mais cela devient vite lassant par la suite. Dommage, car l'histoire est bien construite et montre qu'être placé en foyer n'est pas forcément la pire chose pour un enfant. Bien sûr, je ne fais pas la promotion des foyers d'accueil, mais au final Autobiographie d'une Courgette casse un peu tous les préjugés que l'on peut avoir sur les enfants dits "difficiles" et c'est au fond ce que je retiendrai de ce livre.

à bientôt

Jo

Partager cet article

Repost 0

commentaires