Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 09:56

fahrenheit451Comme vous le savez, Ray Bradbury est mort en juin 2012, donc quand Felina a lancé l'idée de lire Fahrenheit 451, un de ses grands succès littéraires, j'ai sauté sur l'occasion de faire cette Lecture Commune. J'ai découvert le genre dystopique il y a longtemps mais sans connaître le mot. J'avais ainsi lu Le meilleur des mondes d’AldousHuxley et 1984, de George Orwell que j'avais adoré ! Il ne me manquait donc plus que Fahrenheit 451 de Ray Bradbury en classique dystopique.

 

Commençons tout d'abord par la quatrième de couverture : " 451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif.

Le pompier Montag se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé."

 

 

Nous retrouvons ainsi tous les éléments qui font le genre dystopique : un héros qui va se rebeller contre une société qui ne veut que le bien de sa population mais à trop vouloir ne se préoccupe pas de la liberté individuelle. La société dépeinte dans Fahrenheit 451 est une société du maintenant, du "fun". En effet tout le monde a des murs en télévision allumés 24h/24 qui sont appelés "la famille", s'il y a la moindre petite contrariété, hop on roule à 150km/h pour ne plus y penser. C'est une société aseptisée.

 

On a ainsi beaucoup de réflexion sur notre société à nous, et pour un livre écrit en 1953, c'est vraiment impressionnant. Et en même temps, c'est le genre qui veut ça. Et si on pense qu'il est encore actuel, alors c'est qu'on a toujours les "bonnes" décisions à prendre... Ce qui me fait basculer sur le point central du livre, où pour Ray Bradbury, le livre est un moyen de se souvenir. Effectivement dans Fahrenheit 451, tous les livres sont brûlés car interdits, et cela ne va pas s'en rappeler la période nazie... Il faut se souvenir pour éviter la guerre au bénéfice de la paix.

 

Après toutes ces réflexions, je vais parler un peu du style de Ray Bradbury que j'ai beaucoup apprécié. C'est une écriture imagée, avec énormément de métaphore, qui en devient presque poétique. J'ai aimé aussi qu'ici les pompiers mettent le feu et ne l'éteignent pas (temps trop lointain!)

 

Un petit bémol cependant concerne les personnages qui ne me sont pas apparu comme attachant. Il y a bien Montag, quand il ne veut plus de sa vie et se pose des questions, mais il lui manquait un petit quelque chose pour que je l'apprécie. Quant aux personnages il sont utiles à l'histoire mais pour moi cela s'est arrêté là... En même temps en 213 pages, on ne peut pas tout détailler, et l'essentiel à retenir se trouve dans le message et non avec les personnages.

 

Pour résumer, j'ai beaucoup apprécié Fahrenheit 451 pour sa toile d'une société qu'on ne veut pas.

 

V.

 

Avis des autres participants : 

Felina (organisatrice), Lizouzou, Soundandfury, C'era una volta, lectureetcie, ramettes, StupidGRIN, livr0ns-n0us, choulie, Dex, Kyeira, J.a.e_Lou, Piplo, Mack, Nelly17

Partager cet article

Repost 0

commentaires

livr0ns-n0us 01/10/2012 17:42

Comme toi, j'ai adoré 1984 ! Par contre j'ai été très mal à l'aise lors de ma lecture du Meilleur des Mondes (c'est un peu le but, soit ^^) et du coup, Fahrenheit 451 a été le juste milieu niveau
plaisir de lecture. Je suis ravie d'avoir pu découvrir ce classique qui manquait à ma culture et qui me hantera longtemps...

beL 08/10/2012 08:49



Je me souviens avoir bien aimé Le meilleur des mondes. Mais c'est vrai que j'en garde un souvenir plus confu que 1984, surement parce que je l'avais lu avant ;)


Moi aussi je me souviendrais longtemps de ce classique qu'est Fahrenheit 451 !



Nelly17 26/09/2012 16:36

Clarisse et Faber sont les 2 personnages qui permettent à Montag sa prise de conscience : Clarisse est le révélateur et Faber celui qui confirme ; leur présence est rapide mais indispensable !

beL 27/09/2012 10:54



Entièrement d'accord ! C'est vrai qu'on n'a pas beaucoup parler de Faber, pourtant j'ai bien aimé ce personnage. Le coup de l'oreillette est vraiment bien vu (d'autant plus que maintenant c'est
rentré dans les moeurs, on en voit beaucoup dans les séries, alors qu'avant il fallait imaginer ce que c'était !) Comme pour la télévision, car en 1953, à mon avis tout le monde ne savait pas ce
que c'était.



J.a.e._Lou 26/09/2012 14:00

Bonjour :)
Je partage beaucoup de choses que tu as écrite. Par contre, le fait que les personnages ne soit pas si attachant ne pas pas dérangé plus que ça. On en comprend que mieux les messages de
l'auteur.
Pour Clarisse, je me demande si elle était restée plus longtempts, aurait-elle eu le même impact sur Montag ? Car sa disparition à eu une influence forte dans les réactions de Montag : il l'a perdu
donc il a cherché quelqu'un d'autre (qui se trouve être Faber).

beL 27/09/2012 10:51



Bonjour :)


Ce n'est pas vraiment que ça m'a dérangé, mais j'ai trouvé ça dommage... mais je suis bien d'accord, ce livre est à lire pour son message et non pour le détail des personnages ^^


Et oui Clarisse, il fallait qu'elle disparaisse, sinon Montag serait resté "peureux"



Lilly 25/09/2012 13:37

A chaque billet que je lis sur 451, je me dis qu'il y a un tas de discussion à aborder, et en à peine 200 et quelques pages ça rend ce roman puissant. Je crois comme toi que le nazisme à beaucoup
marqué l'auteur. Merci de ta participation à cette LC beL. ^^

beL 26/09/2012 12:32



C'est vrai qu'il y en a des choses à dire sur ce livre ! Je suis bien contente d'avoir lu ce roman, alors merci d'avoir organisé cette LC et de m'avoir incité à m'inscrire ;)



Soundandfury 23/09/2012 19:27

Comment ça en 213 pages pas facile? Je n'ai pas de titre, là, qui me vient, mais je suis sûre qu'on peut s'attacher à un personnage en bien moins que ça!! :)

beL 25/09/2012 11:45



C'est vrai qu'il doit y en avoir, mais ils ne doivent pas forcément être nombreux... et ils sont peut-être axés QUE sur les personnages. A voir... il faut dire que je lis peu de petits livres
pour pouvoir comparer =D En tout cas pour celui là je ne me suis pas attachée aux personnages ^^