Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 12:31

 

l-amant_couv.jpg

L'amant, de Marguerite Duras est un classique de la litterature contemporaine française, adapté ensuite au cinéma par Jean-Jacques Annaud. Quand je suis tombée sur ce livre à la bibliothèque, je n'ai pu m'empêcher de le prendre pour le lire. J'ai vu le film il y a quelques années et comme il m'avait énormément plu, je ne pouvais pas passer à côté ^^. Avant de vous en faire la critique, voici le résumé :

 

"La principale narratrice, âgée de quinze ans, rencontre sur le bas qui traverse le Mékong un jeune et riche Chinois. Ils deviendront amants, malgré toutes les différences qui les séparent. Le père de l’amant est un banquier autoritaire a dors et déjà arrangé le mariage de son fils à une jeune Chinoise. La mère de la narratrice, pauvre et raciste, veut profiter de la générosité de l’amant de sa fille. Celle-ci doit un jour repartir pour la France : elle reste sur le pont du navire qui l’emmène pour voir son amant, resté sur le quai. Plusieurs années plus tard, il lui téléphonera pour lui déclarer qu’il ne cessera jamais de l’aimer, « jusqu’à la mort »."

 

Tout ce que je peux en dire, c'est que c'est un livre bouleversant, magnifiquement bien écrit et qui décrit, à mon avis, parfaitement bien ce que peut ressentir une ado de 15 ans, ses doutes, ses questions sur la vie, ses rapports avec son entourage. Malgré leur différence d'âge, on comprend même son attirance pour le riche chinois, qui au fond, est aussi perdu qu'elle peut l'être, si ce n'est plus.

J'ai également apprécié le style de Marguerite Duras, le parti pris qu'elle a de raconter l'histoire comme un souvenir, une période de la vie de la narratrice, un moment qui l'a marqué et qui l'a aidé à se construire. C'est un très beau livre qui mérite d'être lu ! cependant, certains passages m'ont un peu dérouté, par exemple, lorsqu'elle change de pronom personnel, lorsque les amants sont ensemble. Je n'ai pas compris l'utilité. La relation qu'elle a avec sa mère et ses frères m'a également un peu dérouté. je ne l'ai pas comprise, sans doute, car je n'ai pas ce genre de rapports avec ma famille.

 

On pourrait en dire bien plus, mais je pense que ce n'est pas le but de ces critiques. Dans tous les cas, je vous conseille cette lecture, qui ne pourra que vous faire passer un bon moment intellectuel.

 

à bientôt

Jo

Partager cet article

Repost 0

commentaires

René 08/07/2012 21:24

L'Amant est, de loin, la plus belle autobiographie que j'ai pu lire depuis que ma passion pour la littérature existe. Mais, je trouve que la relation amour / mort, que l'on retrouve déjà dans
l'Amant et que vous évoquez sur cette page, se fait davantage sentir dans le court roman de Duras intitulé "La maladie de la mort" (voyez:
http://www.litte-ratures.fr/la-maladie-la-mort-marguerite-duras/). C'est dans cette œuvre, selon moi, que sont réunies avec force et sensibilité une expérience de l'amour et une maladie de la mort.
Bonne lecture ! René.

peinture sur toile d'Alain 16/06/2012 14:42

J'adore ce livre et l'evolution de l’héroïne principale. Tout le roman montre la recherche de son identité féminine et sexuelle. Sa féminité se base sur plusieurs aspects : sa provenance, son rôle
social, sa position, ses activités en tant que fille et en tant que sœur. C’est évident que l’environnement socioculturel qui a formé cette jeune fille a marqué fortement ses décitions et ses
préférences sexuelles. Elle a été déchirée entre sa mère, sa maison, ses frères et sa propre vie. Elle a passé une enfance difficile, elle a été un témoin de la faiblesse psychique de son petit
frère malingre et le comportement tyrannique de son frère ainé. Malgré ses expériences, elle reste froide, sans émotion, sans reproches. Merci bien pour ton avis :) Cordialement, Alain.

beL 18/06/2012 10:55



Bonjour, Tout d'abord merci pour ton commentaire. J'aime beaucoup ton analyse sur le personnage principal. Effectivement Marguerite Duras nous décrit parfaitement
l'évolution de cette jeune fille. J'ai également beaucoup aimé le parallèle entre sa vie de femme (le moment où elle ecrit) et son adolescence. Cela nous permet de comprendre certains de ces
comportements, ainsi que ces reflexions de l'époque. Il y a certainement encore beaucoup de chose à dire sur ce roman, qui je pense est le plus aboutit de sa carrière... N'hésite pas à revenir
pour laisser d'autres commentaires. cdt Jo