Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 10:13

LuciaEtxebarria.jpgLucia Etxebarria est née à Valence le 7 décembre 1966. C'est une écrivaine espagnole, de parents basques. Elle est la benjamine d'une famille de sept enfants.

 

Inscrite dans un collège religieux à Valence, elle s'établit par la suite à Madrid. Jusqu'à l'âge de ses 18 ans, elle enchaîne les petits jobs : elle travaille dans une maison de disques, fait de la traduction, etc.

 

Après avoir obtenu son diplôme de journaliste, elle commence par écrire une biographie de Kurt Cobain et Courtney Love en 1996. Elle publie ensuite Amour, Prozac et autres curiosités, qui devient très vite un best-seller. Elle publie par la suite trois romans :

   - Beatriz et les corps célestes - prix Nadal en 1998

   - De l'amour et autres mensonges - prix Primavera, 2001

   - Un miracle en équilibre - prix Planeta, 2004

   - et un recueil de nouvelles Aime-moi, por favor !

 

Amoureuse de Madrid, elle en explore toutes les facettes à pieds, vole de cinémas alternatifs en théâtres d'avant-garde, de night-clubs en concerts de musique classique... La ville est d'ailleurs le lieu de son roman Cosmofobia, comédie humaine madrilène sortie en 2007. Longtemps rebelle, Lucia Etxebarria déchiffre le monde d'aujourd'hui et lutte pour les droits de la femme.

 

 

Source : Evene, Wikipedia

Repost 0
Published by beL - dans Biographies
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 09:43

amour-prozac-et-autres-curiosites_lucia-etxebarria.jpgTrois soeurs aux personnalités si différentes qu'elles ne parviennent plus à communiquer.

Elles ont de 24 à 32 ans dans l'Espagne de l'après-Movida : Christina, la plus jeune, serveuse dans un bar branché de Madrid, carbure à l'extasy et dévore les hommes. Rosa, directrice financière, marche au Prozac et ne touche plus aux hommes depuis bien longtemps. Ana, l'aînée, mère de famille, mélange amphétamines et somnifères et décide de divorcer. Chacune arrive dans une période charnière où tout bascule, s'effondre.

Un cocktail détonant qui tourne autour de l'image du père disparu quand elles étaient enfants. Un roman parfois drôle, impudique, souvent émouvant.

 

Notes des beL : V 10/20 ; Ju 8/20 ; Jo 12/20 ; C 10/20

 

Moyenne : 10

 

Retrouver nos avis : ici

Repost 0
Published by beL - dans Résumés
commenter cet article
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 16:36

V : 13/20

J'ai aimé :
- l'originalité du livre et de sa forme

- les annotations, cartes, précisions en marge de pages

- l'humour du jeune et prodigieux T.S. Spivet

- le chapitre 15 ?

- le personnage de T.S. Spivet, très curieux de tout


J'ai moins aimé :

- beaucoup trop de questions qui restent en suspens

- la fin

- en quoi le voyage est-il extravagant ?


En un mot : Frustrant


Ju :  10/20
J'ai aimé :

beau livre à conserver
- les différentes curiosités en marge qui enrichissent le récit, extravagantes, et non le voyage en lui-même

- la présence de la famille tout au long de l'histoire, qui finalement devient la morale de l'histoire

l'idée du voyage initiatique, belle histoire en perspective

- gai, humoristique

- quelques surprises: découverte que l'histoire se passe de nous jours, cela fait effet d'anachronisme

 

J'ai moins aimé:
- les trop nombreuses digressions trop présentes dans le récit et auraient dues se cantonner aux marges
- le voyage qui n'a rien d'extravagant (le plus intéressant : l'histoire d'Emma)

- les éléments en marge, pas tous utiles

- la fin

- le rôle des parents dans ce voyage

- les points importants qui ne sont pas assez approfondis

 

En deux mots : Bel objet


Jo : 12/20
J'ai aimé :
- le style, simple à lire et à comprendre

- la forme : pas courant, donne vraiment envie de le lire

- la présence de Layton, qui apparaît comme un personnage à part entière. Bonne retranscription du drame

- histoire parallèle qui permet de donner un nouveau souffle à l'histoire

- les annotations qui permettent dans certains cas de bien illustrer les propos de Spivet


J'ai moins aimé :
- les nombreuses questions sans réponse

- la fin qui tombe comme un cheveu sur la soupe

- beaucoup d'idées mais souvent mal exploitées

- la relation assez ambiguë entre la mère et le fils (mérite d'être plus approfondie)

 

En un mot : Décevant

 

 

C : 14/20

J'ai aimé :

- la couverture du livre ainsi que le "feuilletage" pour voir les illustrations, notes etc

- le livre est facile à lire et documenté

- les personnages sont très différents, on peut en tirer une leçon sur la différence et les relations au sein d'une famille

- l'histoire de l'arrière-arrière grand-mère de TS

 

J'ai moins aimé :

- la "longueur" du voyage, on s'ennuie, aucun rebondissement 

- des interrogations persistes

 

En conclusion :  de bonnes idées sur la forme mais décevant sur le fond 


En un mot : Innovant

Repost 0
Published by beL - dans Avis
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 10:56

proies.jpgEncore un Mo Hayder, et je suis toujours aussi fan ! Proies est la suite de Rituel et Skin, que j'ai déjà pu lire et que j'ai adoré. Proies ne déroge pas à la règle puisque j'ai eu du mal à m'arrêter de le lire.

 

On retrouve avec grand plaisir Jak Caffery et Flea Marley pour cette nouvelle enquête a priori banale : un vol de voiture. Cependant rapidement l'enquête de vol se transforme en kidnapping avec un ravisseur qui est beaucoup plus malin qu'on ne voudrait le croire...

 

Proies est un thriller comme il se doit avec une enquête policière sur un rythme effréné! Des personnages (non principaux) sont présents du premier tome jusqu'à celui-ci et prennent toute leur importance. Mo Hayder a l'art de nous amener là où elle le souhaite. Elle nous expose les sentiments des familles démunies en leur consacrant des chapitres spécifiques. On se sent à leur place et on angoise avec elles. J'ai regretté toutefois avoir deviné trop facilement (avec doutes quand même) l'identité du ravisseur. Mais je me demande si cela n'est pas fait exprès vu la tournure des évènements...

 

Je ne vous en dis pas plus et vous donne rendez-vous pour le prochain Mo Hayder qui j'espère nous en apprendra encore plus sur Flea et Jack.

 

V.

Repost 0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 17:33

9782253122074FS

 

Au secours, il veut m'épouser! est encore un excellent exemple de livre pour filles qui ne parle que de conversations de filles, problèmes de filles, vie de filles... mais qu'est-ce qu'il est bien !!! Et oui je suis une fille donc de savoir que je ne suis pas la seule sur terre à craquer sur une boîte de pim's à l'orange alors que je suis en pleine période de "surveillance alimentaire" (je n'aime pas le mot régime) ou alors encore quand une copine nous emmène dans sa super grande maison d'Ardèche que l'on pense être idéale mais qui en fait se révèle être une mansarde (et oui l'Ardèche et la super maison de VT, un grand souvenir). Je pourrais continuer à décrire encore pleins d'exemples, mais je crois que ça suffit. Si vous en voulez d'autres il suffit de lire le livre !!

En tout cas, ce fut une lecture vraiment sympathique, avec un seul bémol ! Le titre n'a rien à voir avec l'histoire. On se demande vraiment à quel moment il va la demander en mariage et je vous promets qu'on attend un bon bout de temps !!

En conclusion, une seule chose à retenir : fous rires garantis !!

Jo

Repost 0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 12:12

larsen_reif.jpg

Reif Larsen a étudie à Brown University et enseigne actuellement à Columbia University, où il termine sa maîtrise en Fiction.
Il est également cinéaste et a réalisé des documentaires aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Afrique subsaharienne sur les étudiants qui travaillent dans le domaine des arts. Il vit actuellement à Brooklyn.

 

Professeur d’université de 29 ans, Reif Larsen a pris le monde littéraire de cours lors de la parution de L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet aux États-Unis, en avril 2009. Outre de nombreuses dithyrambiques, Stephan King s’est fendu d’un avis pour la quatrième de couverture qui, pour une fois, n’est pas une escroquerie éditoriale : « Voici un roman qui fait l’impossible : réunir Mark Twain, Thomas Pynchon et Little Miss Sunshine. Ce livre est un trésor ».

 

L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet est son premier roman

Repost 0
Published by beL - dans Biographies
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 12:03

extravagant_voyage.gifT.S. Spivet est un enfant prodige de douze ans, passionné par la cartographie et les illustrations scientifiques. Un jour, il reçoit un appel inattendu du musée Smithsonian lui annonçant qu'il a reçu le très prestigieux prix Baird et qu'il est invité à venir faire un discours. A l'insu de tous, il décide alors de traverser les Etats-Unis dans un train de marchandises pour rejoindre Washington DC... Mais là-bas personne ne se doute qu'il n'est qu'un enfant.


Muni d'un télescope, de quatre compas et des Mémoires de son arrière-arrière-grand-mère, T.S. entreprend un voyage initiatique qui lui permettra peut-être enfin de comprendre comment marche le monde... Notes, cartes et dessins se mêlent au récit avec un humour et une fantaisie irrésistibles.

 

Notes des beL : V 13/20 ; Ju 10/20 ; Jo 12/20 ; C 14/20

 

Moyenne : 12,25

 

Retrouver nos avis : ici 

Repost 0
Published by beL - dans Résumés
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 11:41

V : 16/20

J'ai aimé :
- le style d'écriture de Charlotte Brontë. Elle sait nous faire ressentir ce que son héroïne ressent

- le personnage de Jane Eyre : intelligente, honnête, droite, incorruptible, inflexible et à la fois touchante, fragile et émouvante

- la magnifique description des émotions, sentiments, états d'esprit, querelles intérieures de Jane Eyre

- le fait que Jane Eyre possède un esprit d'analyse très poussé sur ses relations avec ses semblables, son interprétation des faits et gestes d'autrui... on voit à travers ses yeux, on vit à travers elle.

- on suit pas à pas le parcours de Jane Eyre: on comprend ainsi pourquoi elle fait tel ou tel choix

- sa relation (et histoire d'amour) avec M. Rochester. On perçoit à travers le détail d'écriture de Charlotte Brontë ce qu'ils ressentent l'un envers l'autre

- les personnages secondaires qui sont très bien traités et utiles à l'histoire

- la fin de l'histoire


J'ai moins aimé :

- la supériorité de Jane et M. Rochester envers d'autres personnages qui m'exaspérait


En un mot : Honnête


Ju :  15/20
J'ai aimé :

- la description du contexte de l'Angleterre de l'époque, typique de la littérature Anglo Saxonne du XIXème siècle
- la détermination de l'héroïne, pas vraiment conforme à l'idéal féminin de l'époque. L'histoire tient en haleine jusqu'à la dernière page, avec des rebondissements surprenants et inattendus

- le style passioné, maitrisé à la perfection grâce à la description des émotions et au contraste de l'écriture entre l'âge adulte et l'âge enfant

- l'identification à l'héroïne, l'attachement et la compassion qu'on lui porte

- l'histoire avec son lot de difficultés quotidiennes décrites parfaitement

- la descritpion des lieux, très précise, on s'y croirait

- la fin inattendue et belle

- une belle leçon de vie : les personnages n'incarnent pas la beauté ni la perfection mais ils sont humains

 

J'ai moins aimé:
- le résumé de l'histoire qui donne la teneur des trois quarts de l'histoire, ce qui freine la lecture
- les descriptions parfois pompeuses

- les 300 premières pages trop longues

 

En un mot : Emouvant


Jo : 16/20
J'ai aimé :
- le style, propre à l'auteur et vraiment contemporain malgré l'époque

- le personnage de Jane Eyre, très moderne, complexe, mais qui donne aussi son côté humain

- la façon dont est décrit le style de vie de l'époque (les différentes castes, le paysage, les mentalités...)

- lorsque l'auteur, à travers ses propos, interpelle le lecteur

- l'histoire d'amour entre Jane et Mr Rochester qui casse un peu les codes de l'époque et ceux des romans d'amour (ils sont beaux, parfaits...)


J'ai moins aimé :
- les descriptions parfois un peu longues

- le fait de ne pas réécrire le nom des villes à chaque fois (on s'y perd un peu)

 

En un mot : Romantique


E :/20.
J'ai aimé :
-


J'ai moins aimé :

 

En un mot :

 

 

C : 15/20

J'ai aimé :

- Le style d'écriture très agréable à lire 

- Les descriptions précises des lieux et des personnages rencontrés même si parfois elles sont "un peu longues"

- Le caractère déterminé de Jane Eyre 

- Le bonheur enfin trouvé et accepté

 

J'ai moins aimé :

- Le manque d'action

- Les quelques longueurs

- Jane Eyre se pose beaucoup trop de questions sur elle même et sur la vie


En un mot : Austère

Repost 0
Published by beL - dans Avis
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 12:49

9782845633360FS.gifEnfin, mon 1er Guillaume Musso, cet auteur que l'on ne présente plus et qui est souvent comparé à Marc Lévy pour son style  d'écriture.

 

Tout d'abord petit résumé de l'histoire : Mark et Nicole s'aiment, ils ont une petite fille au joli nom de Layla et ne pourrait pas être plus heureux, mais tout va changer lorsque leur fille disparait mystérieusement dans un centre commercial. 5 ans plus tard, jour pour jour Layla réaparait exactement à l'endroit où l'on pensait l'avoir vu pour la dernière fois. Que s'est-il passé pendant tout ce temps et quelles conséquences cela va-t'il engendrer pour Mark et Nicole ?

 

Voilà pour l'histoire principale, mais parallèlement à cela, 3 autres protagonistes rentrent en ligne de compte : Connor, le meilleur ami de Mark, Evie, une ado paumée et Alyson, une riche héritière. La question que l'on peut maintenant se poser est la suivante : qu'ont-ils en commun et comment leurs destins sont -ils liés ? C'est ce que nous allons découvrir tout au long de ce roman !

 

Mon avis : tout d'abord, il est facile de comprendre le succès de Guillaume Musso, un style direct, simple (tout comme Marc Lévy) et une histiore qui parle d'amour (ça marche à presque tous les coups), donc un livre facile à lire et parfait pour le bus et le bord de plage.

 

Guillaume Musso est un auteur, qui mérite sans conteste d'être lu (au moins une fois), mais son livre Parce que je t'aime n'est quand même pas allé jusqu'à me transcander. J'ai même eu l'impression qu'il en a fait le minimum syndical. Alors oui, il y a quelques rebondissements et une fin qui laisse un peu perplexe (dans tous les sens du terme), mais franchement, il aurait pu se casser un peu plus la tête et nous en dire davantage sur les personnages. Je ne pense donc pas au final lire d'autres romans de cet auteur.

 

Pour terminer et pour ceux qui ont lu le livre, je vous poserai simplement la question qu'un homme m'a posé dans le bus (et oui les hommes aussi lisent Guillaume Musso), alors Connor ou Mark ?

Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 09:39

RituelMoHayderRituel est le commencement de Skin que j'ai lu il y a environ un an. Je savais donc à l'avance ce qui allait arriver, mais malgré tout (le temps passant) j'ai été surprise par quelques éléments, à mon plus grand plaisir!
Bien sûr je ne révèlerais pas ces éléments (sinon cela vous gâcherait la lecture).

Rituel commence par la macabre découverte d'une main tranchée que Flea, plongeuse de la police, repêche dans le port de Bristol. L'autopsie révèle que l'amputation s'est faite alors que la victime était encore vivante !

Flea parle de ses pistes d'enquête au commissaire Jack Caffery et tous deux se lancent à la recherche du criminel. Avec l'avancée de l'enquête, nous voyons évoluer ces deux personnages et apprenons qu'ils ont chacun un lourd passé auquel ils font face, ou tentent de faire face. Une histoire peut commune comme on peut l'attendre de Mo Hayder.

Mo Hayder, auteure que j'apprécie, arrive à nous conconcter un thriller passionnant, avec une histoire prenante, tout en étant plus soft sur les éléments gore. Je trouve cet épisode moins noir que ses autres livres que j'ai pu lire (Tokyo et Skin).
Bien sûr, avoir lu Skin avant Rituel m'a gâché certains aspects du livre mais je reste impatiente de lire Proies qui est leur suite!

 

V.

Repost 0