Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 17:09
Silvana De Mari est née en 1953 à Caserte, en Campanie et vit actuellement à Turin.
Elle a été chirurgien en Italie et en Ethiopie. Aujourd’hui elle est psychothérapeute et, depuis peu, écrit des romans d'heroic fantasy et des contes. Parmi ses livres : L'ultimo Elfo (Le Dernier Elfe) paru en 2004 et L'ultimo orco (Le Dernier Orc ) publié l'année suivante.
Repost 0
Published by beL - dans Biographies
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 16:49

Auteur : Silvana de Mari
Date de parution : 2004

" Quand le dernier dragon et le dernier elfe briseront le cercle, le passé et le futur se rencontreront le soleil d'un nouvel été brillera dans le ciel."

Dans un monde obscur, battu par les pluies, le jeune Yorsh, dernier des elfes a du fuir son village dévasté. Un homme et une femme vont le conduire jusqu'aux terres du dernier dragon, dont il deviendra le gardien afin d'accomplir une ancienne prophétie. Mais Yorsh ignore que cette prédiction en cahe une autre, qui l'entraînera plus loin encore.

Magnifique épopée fantasy, le dernier elfe a reçu en 2004 le prestigieux prix Andersen Italia du roman jeunesse.

Notes des beL
   V 12/20 ; Ju 10.5/20 ; Jo 13/20 ; E 12/20

Moyenne : 11.9/20

 

Retrouver nos avis : ici 

Repost 0
Published by beL - dans Résumés
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 16:24

V : 12/20

J'ai aimé :
- l'ambiance du livre.
- la voix glaciale que l'on a en chacun de nous et qui en rajoute quand on a peur.
- la petite fille intelligente.

- le post-scriptum de l'auteur (et la note du traducteur).


J'ai moins aimé :
- plus on avance dans l'histoire, plus l'histoire est redondante.
- pas de réelle surprise.


En un mot : Mitigée.


Ju : 10/20
J'ai aimé :
- l'histoire bien ficelée.
- la petite fille très attachante, le lecteur est sa seule compagnie.
- l'écriture d'un livre avec un seul personnage : pas commun mais réussi.

- la note de l'auteur.


J'ai moins aimé:

- l'histoire peu palpitante, Stephen King aurait pu pousser plus loin dans l'horreur.
- la fin banale.
- trop irréaliste
.

- la frontière entre le réel et le rêve trop floue.

- le style trop brutal et vulgaire.


En un mot : Ennuyeux.


Jo : 13/20
J'ai aimé :
- la note de fin de l'auteur et du traducteur.
- la petite fille.
- le style fluide et prenant.

- suspense jusqu'au bout.

- le lien avec le monde grâce à la radio.


J'ai moins aimé :
- le personnage de Trisha.
- certaines expressions trop crues.

- la chose qui la terrifie ( trop lourde ).
- l'invraissemblance de l'histoire.


En quatre mots : Vite lu, vite oublié.

Repost 0
Published by beL - dans Avis
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 21:41
Stephen King est né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine. Les parents de Stephen se séparent alors que celui-ci n'a que deux ans et sa mère est désormais obligée d'accepter tous les petits boulots qui se présentent à elle.

Stephen ne vit pas une enfance très heureuse entre les absences de sa mère et la méchanceté de ses camarades de classe dont il devient rapidement le souffre-douleur.

Pour échapper à la souffrance quotidienne dont il est la victime, Stephen trouve son réconfort dans la lecture. C'est en découvrant, par le plus grand des hasards, une malle remplie de livres fantastiques dans le grenier de sa tante, qu'il se prend de passion pour la littérature avec une prédilection marquée pour le genre du fantastique.

De sa grand-mère qui était une admiratrice d'Agatha Christie, il retient une façon assez particulière de lire en commençant par la fin, ce qui lui évitait de lire tout ce qui était intermédiaire entre l'introduction et la conclusion. C'est d'ailleurs de cette méthode qu'il a tiré profit pour élaborer ses romans de façon à brouiller les cartes en rendant l'histoire impossible à comprendre pour tous ceux qui seraient tentés de débuter par la fin.

Stephen King ressent très jeune l'envie d'écrire, il commence à ébaucher des petites histoires dès l'âge de 12 ans. Il fait une brillante scolarité puis de bonnes études universitaires et obtient une maîtrise en anglais. Il continue toujours à écrire alors qu'il exerce différentes professions, comme celle de professeur et de concierge.

Il parvient à publier son premier livre "Carrie" en 1974. La réaction du public est instantanée. "Carrie" est un succès. Dés lors, la popularité qu'acquiert King ne se relâchera jamais.
Repost 0
Published by beL - dans Biographies
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 21:18

Auteur : Stephen King
Date de parution : avril 2000

C'est exprès que Trisha s'est laissée distancer par sa mère et son frère, ce jour-là, au cours d'une excursion sur la piste des Appalaches. Lassée de leurs sempiternelles disputes depuis que Papa n'est plus là.

Ce qu'elle n'imaginait pas, c'est que quelques minutes plus tard elle serait réellement perdue dans ces forêts marécageuses. Qu'elle affronterait le froid, la faim, la nuit, les bruits et les rumeurs de la nature. Et deux personnages terrifiants acharnés à sa perte : la Teigne et la Chose. Il lui reste son baladeur, sur lequel elle peut suivre les exploits de son idole, Tom Gordon, le joueur de base-ball. Le seul qui peut l'aider, la sauver.

Après Sac d'os et La Tempête du siècle, le roi de l'épouvante offre à ses millions de fans une surprise. Un magnifique personnage de petite fille drôle, futée, énergique, capable de désespoir autant que de courage. Et puis une histoire très simple.

Une terreur très simple.

 

Notes des beL
   V 12/20 ; Ju 10/20 ; Jo 13/20

Moyenne : 11,7 / 20

 

Retrouver nos avis : ici 

Repost 0
Published by beL - dans Résumés
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 20:32

V : 15.5/20

J'ai aimé :
- les histoires qui se croisent.
- les détails qui font vivre l'histoire.
- les personnages de Sara et Eric (bien détaillés).

- les réflexions sur la vie, la politique, les conséquences de nos choix.

- le point de vue de l'époque, on est immergé dans l'époque (malgré le recul que peut avoir l'auteur aujourd'hui).
- l'évocation des faits réels historiques.


J'ai moins aimé :
- on se demande parfois où l'auteur veut en venir.
- un peu trop de morale.
- des longueurs (passage à Paris par exemple).


En quatre mots : Amène à la réflexion.


Ju : 14/20
J'ai aimé :
- style fluide et entraînant.
- personnages attachants.
- on voit plus loin que le simple roman d'amour.

- côté historique parfaitement décrit.
- progression des évènements qui va crescendo.
- les questionnements qui surviennent tout au long de l'histoire
.


J'ai moins aimé:

- le mélange entre les deux époques sans réelle transition.
- la quatrième de couverture ne résume pas le livre.
- Sara est trop moderne pour son époque
.


En un mot : Prenant.


Jo : 16/20
J'ai aimé :
- histoire de Sara : beaucoup de malheur -> personnage attachant.
- le titre illustre bien le roman.
- histoire d'amour intéressante, on ne tombe pas dans le pathos.

- remet bien dans le contexte historique, bonne description.


J'ai moins aimé :
- l'histoire de Kate : on ne s'identifie pas au personnage.
- la belle-mère : le personnage le plus détestable de toute l'histoire des belles-mères.

- histoire trop prévisible : chaque action devinée une page avant.
- parfois des longueurs, surtout au début.


En un mot : Réaliste.


E : 14.5/20.
J'ai aimé :
- l'histoire d'amour qui ne tourne pas à l'eau de rose.
- la relation entre Sara et Eric.
- le contexte historique bien décrit.

- histoire qui nous fait réfléchir.

J'ai moins aimé :
- le personnage de Kate pas très utile.
- les longeurs du début.
- l'échec dans la poursuite du bonheur selon moi.


En un mot : Humain.

Repost 0
Published by beL - dans Avis
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 17:53
Ecrivain d'envergure mondiale, Douglas Kennedy a certainement trouvé dans son enfance mouvementée le point de départ de son inspiration, notamment pour des romans comme 'Relation dangereuse', dont l'intrigue amoureuse rappelle étrangement celle de ses parents. En 1977, alors qu'il n'a que vingt-deux ans, il quitte l'Amérique et fonde une compagnie théâtrale en Irlande, puis une radio britannique lui achète ses pièces radiophoniques en 1980. Trois ans plus tard, Douglas Kennedy décide de se consacrer à l'écriture et tente d'en vivre parallèlement à une activité de journaliste. Il se marie en 1985 et s'installe ensuite à Londres. Cette ville anonyme et son voyage en Australie. En 1994, il publie son premier roman, 'Cul de Sac', mais c'est avec 'L' Homme qui voulait vivre sa vie' qu'il acquiert une réputation internationale. 'Les Désarrois de Ned Allen', 'La Poursuite du bonheur', 'Rien ne va plus', 'Les Charmes discrets de la vie conjugale'... Douglas Kennedy enchaîne réussites et best-sellers, traduits dans de nombreuses langues, et suit un parcours sans faute. Rien ne freine les succès de ce brillant romancier à la carrière exemplaire.



Bibliographie :


Au pays de Dieu, Belfond (à paraître le 7 octobre 2004)
Une relation dangereuse, Belfond 2003
Rien ne va plus, Belfond 2002 (Pocket, 2004)
La Poursuite du bonheur, Belfond 2001 (Pocket, 2003)
Les Désarrois de Ned Allen, Pocket 2000
L’Homme qui voulait vivre sa vie, Pocket 1999
Cul de sac, Gallimard, 1998

Repost 0
Published by beL - dans Biographies
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 17:47

Auteur : Douglas Kennedy
Date de parution : juin 2003

Manhattan, Thanksgiving 1945.
Artistes, écrivains, musiciens. tout Greenwich Village se presse à la fête organisée par Eric Smythe, dandy et dramaturge engagé. Ce soir-là, sa sœur Sara, fraîchement débarquée à New York, croise le regard de Jack Malone, journaliste de l'armée américaine. Amour d'une nuit, passion d'une vie, l'histoire de Sara et Jack va bouleverser plusieurs générations. Un demi-siècle plus tard, à l'enterrement de sa mère, Kate Malone remarque une vieille dame qui ne la quitte pas des yeux.
Coups de téléphone, lettres incessantes. Commence alors un harcèlement de tous les instants. Jusqu'au jour où Kate reçoit un album de photos. La jeune femme prend peur : qui est cette inconnue ? Que lui veut-elle ?

Notes des beL :
   V 15.5/20 ; Ju 14/20 ; Jo 16/20 ; E 14.5/20

Moyenne : 15/20

 

Retrouver nos avis : ici 

Repost 0
Published by beL - dans Résumés
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 17:00

V : 17/20
J'ai aimé :
- la combinaison des histoires (mélange de passé et présent).
- comment est raconté la vie de Sarah.
- le style fluide qui transmet les émotions .

- le devoir de mémoire et les informations prises à l'Histoire.


J'ai moins aimé :
- petites incohérences dans l'histoire qui concerne Julia (boit un kir royal en étant enceinte)!

- le caractère de julia qui m'énervait parfois (naïveté par rapport à son mari et lacheté)


En un mot : poignant.


Ju : 17/20
J'ai aimé :
- la vision de la Shoah vécue par une enfant juive.
- l'idée de faire vivre une histoire passée de nos jours.
- les précisions sur un fait historique méconnu du public.

- intrique bien ficelée avec l'alternance entre l'histoire de Sarah et Julia.

- la moralité : Zakhor, Al Tichkah (Souviens toi, n'oublie jamais).


J'ai moins aimé:
- histoire de couple ennuyeuse entre Julia et Bertrand.
- la fin arlequin de mauvais goût.

En un mot : bouleversant.


Jo : 16/20
J'ai aimé :
- le livre.
- les personnages de Julia attachante et Sarah bouleversante.
- le style fluide, se lit très vite.

- le suspense.


J'ai moins aimé :
- l'attente entre les chapitres.
- la fin trop prévisible surtout la relation entre les personnages.


En un mot : passionnant.


E : 18/20.
J'ai aimé :
- le personnage de sarah : bouleversante, attachante, courageuse
- l'amour de sarah pour son frère et l'attachement de Julia pour Sarah
- les détails poignants que l'on ne connaissait pas sur le Vel d'Hiv ...

- l'émotion, le suspense, le style, la moralité du livre

- la lettre de Sarah, souviens-toi, n'oublie jamais

- la combinaison passé/présent

J'ai moins aimé :
-
le personnage de bertrand qui m'énervait
-se lit trop vite !

En un mot : magnifique.

Repost 0
Published by beL - dans Avis
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 21:16
Ecrivain, scénariste et journaliste, Tatiana de Rosnay explore toutes les formes d'écriture. De père français et de mère anglaise, Tatiana a vécu aux Etats-Unis et a étudié à l'Université d'East Anglia en Angleterre. Tatiana revendique sa double culture qui lui donne un point de vue particulier sur le monde et ses contemporains. Tatiana de Rosnay vit et écrit à Paris, elle est mariée et mère de deux enfants.
Repost 0
Published by beL - dans Biographies
commenter cet article