Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 10:49

tout le monde a pas destin kate middleton

 

 

Capucine Guillon, rédactrice de questions pour jeux télévisés, maman solo de trois ados mal dégrossis, n'a pas vraiment le profil de la femme fatale épanouie ni de la businesswoman accomplie. Son irrésistible attrait pour tout ce qu'il faut éviter et son manque cruel de discernement la mettent dans des situations que certains qualifieraient de pathétiques mais qu'elle assume avec beaucoup d'humour et une pointe d'inconscience. Sous la plume de Fred Ballard sa vie frise même l'épopée burlesque ! Eclats de rire garantis. A lire de toute urgence !

 

source : http://www.evene.fr

 

 

Notes des beL : V 08/20 ;

 

Moyenne : 8

 

Retrouvez nos avis : ici 

 

 


 

Repost 0
Published by beL - dans Résumés
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 22:00

Troisième Lecture Commune sur Livraddict :  Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee. Nos avis suivent, ainsi que ceux des autres participants !

 

V : 17/20

J'ai aimé :
- Le point de vue de Scout, une enfant

- La tendresse des personnages les uns envers les autres

- Les explications, tout en douceur, qu'Atticus fait à Scout pour lui expliquer le sens des choses

- Des thèmes très durs sont abordés, mais il les sont d'une manière non pathétique, et très réelle, en prenant en compte que nous sommes tous des êtres humains. Exemples de thèmes : la place des femmes dans la société, la ségrégation raciale, la religion, la compréhesion des autres, l'indulgence, la justice...

- L'innoncence de Scout qui nous fait réfléchir sur notre monde (pourquoi détester Hitler qui tuait des juifs, alors que les Blancs se ségrégaient volontairement des Noirs ?)

- Agir en son âme et conscience. Apprendre à connaître avant de juger (le "met toi à sa place" est plus que pertinent). Obéïr aveuglément aux Lois n'est pas forcément une bonne chose. Beaucoup de thèmes comme ceux là sont traités de manière remarquable.

- La postface de la traductrice Isabelle Hausser, qui apportent certains éléments de compréhension à l'histoire

 

J'ai moins aimé :

- Le manque d'éclaircissement sur certaines choses (que deviennent les personnages, pourquoi Atticus ne tirait plus au fusil, ...) Même si cela est "peut-être" fait exprès (selon la postface)

- Certains passages plus lents dont le début principalement

 

En une phrase : Une leçon de vie tout en tendresse

 

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur entre dans le cadre de deux challenges : Le Big Challenge Livraddict 2012 et Petit Bac 2012

logo bigchallenge livraddictchallenge petit-bac 2012

 

 

 

 

 

Ju :  14/20 (a lu l'ancienne traduction sous le tire Alouette, je te plumerai)
J'ai aimé :

- Les personnages, surtout le père, très attachant (intègre)
- Roman sur l'enfance, roman initiatique avec beaucoup de drôlerie. Le Fait que ce soit raconté par un enfant (on voit les enfants évoluer)

- Les thèmes abordés : justice, injustice, racisme, éducation

- Très moralisateur, fait réfléchir sur les injustices

- Originalité dans le contraste entre la vision presque "naïve" de Scout et la gravité des évènements

 

J'ai moins aimé:
- La traduction d'Alouette je te plumerai (plein de fautes)

- On attend beaucoup trop avant de savoir que le narrateur est une narratrice

- Beaucoup de mal à entrer dans le livre, trop plat, trop long à arriver au noeud de l'histoire (procès)

En un mot : Moralisateur


Jo : 13.5/20
J'ai aimé :
- L'explication du titre à un moment du livre

- Le point de vue de Scout : aborder les faits de société importants dans la société

- La façon dont elle dépeind la société de l'époque, pas romancé

- L'évolution des personnages qui grandissent en même temps que l'histoire

- Le paralèlle entre la note de la traductrice et l'histoire


J'ai moins aimé :
- Le décalage entre la quatrième de couverture et l'histoire en elle-même

- Quelques longueurs

- Pas tout à fait en accord avec la fin qui tombe à plat

 

En un mot : Réflexif

 

Avis des autres participants, que nous remercions de s'être joints à nous !

Salsera15, Bibliophile, Gr3nouille2010, ramettes, Myiuki22, et Chinouk

Repost 0
Published by beL - dans Avis
commenter cet article
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 08:45

Pour ce 5ème numéro : Druide d'Oliver Peru aux éditions Eclipse

 

druide.jpg

 

 

"Préparée dans les moindres détails, sa mise en scène était trop démonstrative pour ne pas avoir de valeur symbolique."

 

 

 

 

Une idée originale de Sophie.

 

logo-mardi-31

 

 

Le mardi sur son 31 consiste à ouvrir le livre qu'on est en train de lire à la page 31 et à choisir une phrase.

Qu'elle plaise ou déplaise, l'important est de partager notre lecture du moment !

 

Repost 0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 11:11

ChroniquesUniversiteChroniques de l'université invisible était posé sur une table, bien en évidence dans la bibliothèque avec l'inscription "CA NOUS A PLU". Il m'a interpelé, j'ai cédé et ait fini par lire le résumé pour par la suite le lire en entier !

 

Voici le résumé : "Imaginez.
La tête des gens est pour vous comme une chambre dans laquelle vous vous promenez naturellement, au milieu de pensées secrètes et d’ogres aux dents de cisaille. Vous vous appelez Mélusine. Vous écoutez dans les têtes.
La malchance vous poursuit depuis votre naissance.
Tout bascule sans cesse dans la poisse. D’ailleurs, vous venez d’être enlevée par un vampire. Votre prénom est Framboise. Vous savez déplacer les objets.
Vous n’avez pas de famille, plus de mémoire et pour terrain de jeu une gare où vous dérobez les portefeuilles. On vous appelle Décembre mais en fait votre vrai prénom est Tristan. Vous êtes télépathe.
Arrêtez d’imaginer. L’Université invisible vient de vous kidnapper. Cette organisation secrète s’intéresse à vos dons uniques, magiques, terribles. Pour les perfectionner, elle vous embarque sur une île mystérieuse. Désormais, votre présent et votre avenir sont ici. Car, bientôt, dans le monde d’En Bas, plus personne ne se souviendra de vous."

 

Comme j'avais trouvé Chroniques de l'université invisible par hasard, j'ai commencé par le lire en étant neutre de tout commentaire. Et pourtant, on devrait parler plus souvent de ce roman ! J'ai été happée dès les premières pages par cette histoire, qui renouvelle un peu le genre fantastique par sa fraicheur et ses différents points de vue. C'est ce qui fait la force du livre je pense : avoir plusieurs points de vue et différentes entrées à cette fameuse "université". Celle-ci qui, d'ailleurs, se révèle beaucoup moins bienfaitrice qu'elle ne le fait penser... Maëlle Fierpied n'expose pas que le noir et le blanc, mais quelques teintes de gris qui peuvent être plus ou moins sombres... Je dis "sombre", mais le livre est très léger, un souffle bienvenu dans mes lectures, que j'ai apprécié en forte dose puisque je l'ai lu, et fini très vite !


Je regrette cependant un peu la fin... Non seulement parce que je m'étais beaucoup attachée aux personnages (Framboise est très drôle, Mélisine fragile et Tristan a un air de rebelle que j'aime bien), mais, et ce sera mon seul point négatif, la fin se déroule trop vite et tombe un peu comme un cheveu sur le soupe... dommage pour ce récit pourtant extrêment prenant. Mais peut-être y aura-t-il une suite ? Je l'espère.

 

Chroniques de l'université invisible, je vous le recommande plus que chaudement !!

 

V.

 

PS : Faites donc un petit tour sur "Le mardi sur son 31" pour ce roman ici.

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 08:16

logo-mardi-31

 

En surfant de blog en blog, voilà que je tombe sur une idée originale de Sophie.

Le mardi sur son 31 consiste à ouvrir le livre qu'on est en train de lire à la page 31 et à choisir une phrase.

Qu'elle plaise ou déplaise, l'important est de partager notre lecture du moment !

 

 

 

Pour ce 4ème numéro : Chroniques de l'université invisible de Maëlle Fierpied aux éditions L'école des loisirs (Médium)

 

ChroniquesUniversite.jpg

 

 

"Quand, le lundi matin, je retournai au collège, j'étais aussi zen qu'un congrès de moines bouddhistes."

Repost 0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 11:27

logo-mardi-31En surfant de blog en blog, voilà que je tombe sur une idée originale de Sophie.

Le mardi sur son 31 consiste à ouvrir le livre qu'on est en train de lire à la page 31 et à choisir une phrase.

Qu'elle plaise ou déplaise, l'important est de partager notre lecture du moment !

 

 

 

 

Pour ce 3ème numéro : La Résistance, l'histoire de Peter de Gemma Malley aux éditions Naïve

 

histoire-de-Peter-T2-La-Resistance-De-Gemma-Malley.jpg

 

 

"Non : les Autorités avaient tout fait pour ensevelir ces menus détails sous le poids de la machine bureaucratique."

Repost 0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 08:43

logo-mardi-31

 

En surfant de blog en blog, voilà que je tombe sur une idée originale de Sophie.

Le mardi sur son 31 consiste à ouvrir le livre qu'on est en train de lire à la page 31 et à choisir une phrase.

Qu'elle plaise ou déplaise, l'important est de partager notre lecture du moment !

 

 

 

Pour ce numéro 2 : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee aux éditions Le livre de poche

 

 

ne-tirez-pas-sur-loiseau-moqueur

 

"Je pense que la transaction ne s'était pas opérée gratuitement car, au moment où nous prenions nos jambes à notre cou pour tourner au coin de chez les Radley, j'entendis un tintement inhabituel dans les poches de Jem."

Repost 0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 08:23

a-la-folieAvant d'écrire quoi que ce soit je tiens à remercier chaleureusement Pascal Marmet, auteur du roman A la folie, de m'avoir fait confiance.

 

Commençons par la quatrième de couverture pour vous présenter l'histoire : "Armée d'une bonne dose d'insolence et avec l'impertinence de ses vingt ans, Joanna force la porte d'un prestigieux groupe de presse et, grâce à son audace, se fait embaucher par la directrice d'un célèbre magazine féminin. Alors que sa destinée semble s'améliorer, son passé trouble la rattrape sous la forme d'un journal intime dont elle hérite d'une parfaite inconnue.

Ce cahier va placer sur son chemin Pascal Langle, un propriétaire de théâtre rongé par la tristesse. Lui aussi reçoit un des onze cahiers de sa compagne décédée dans ses bras il y a dix ans.

A leur insu, un manipulateur usé par la folie dirige dans l'ombre un odieux projet.

Rencontres décalées, magie du milieu de la mode, courses poursuites à travers le Paris touristique, croisière à haut risque dans les calanques du sud de la France, enlèvements, séquestrations, meurtres, manipulations génétiques, démence, cambriolages et amour impossible, sont les thèmes de cette machination diabolique distillée comme du venin par l'auteur.

Un seul antidote : lire jusqu'à la dernière goutte ce "thriller" romantique, sombre comme une malédiction et pétillant comme une comédie de boulevard.

Un récit grisant à la mécanique parfaite jusqu'à la surprenante délivrance, que rien ne permet de deviner."

 

Je n'avais pas lu de thriller depuis longtemps, et je dois dire que ça fait un bien fou de renouer avec ce genre, que j'apprécie !

A la folie se lit très facilement grâce au style fluide de Pascal Marmet. J'ai beaucoup aimé les nombreuses références glissées ça et là (notament le monde de la mode avec "L", Jean-Paul Gauthier, ... et le passage où il parle de Mo Hayder ! une auteure dont je suis fan). Ainsi que personnage principal qui s'appelle Pascal et qui habite dans le Sud, nous dira quelque chose...

Dans ce livre on retrouve tout ce qui fait un bon roman : des personnages attachants, une histoire qui tient la route et avance vite (pas de passages ou descriptions inutiles), et un dénouement que je n'ai pas vu venir. J'ai aussi particulièrement aimé le fait que Pascal Marmet mette au premier plan différents personnages de son histoire, avec leur point de vue. Joanna et son écriture plutôt "chick-lit" m'a bien fait rire ! En tout cas c'est un pari (réussi) de Pascal Marmet de réunir en un roman "thriller" et "romantique" !

 

J'ai beaucoup aimé A la folie, un carnet noir qu'il vous faudra lire pour découvrir la vérité !

 

V.

 

PS : si vous voulez en savoir plus sur l'auteur Pascal Marmet je vous invite à visiter son site internet : http://www.pascalmarmet.com/

Repost 0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 10:55

logo-mardi-31

 

En surfant de blog en blog, voilà que je tombe sur une idée originale de Sophie.

Le mardi sur son 31 consiste à ouvrir le livre qu'on est en train de lire à la page 31 et à choisir une phrase.

Qu'elle plaise ou déplaise, l'important est de partager notre lecture du moment !

 

 

 

Pour ce numéro 1 : A la folie de Pascal Marmet aux éditions France-Empire

 

 

a-la-folie

 

 

"J'ébouriffe ma frange courte et je me félicite d'avoir osé couper ma tignasse teintée au chocolat glacé."

Repost 0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 08:13

le_jour_du_roi.jpgJ'ai choisi ce titre pour le challenge de Calypso "Un mot, des titres" avec cette fois-ci le mot "jour".

 

Voici l'histoire : "Nous sommes en 1987. Dans un Maroc qui vit encore dans la peur, sur une route entre deux villes, Rabat et Salé, le Roi Hassan II va passer. Perdus au milieu de la foule, deux amis, Omar et Khalid, un pauvre et un riche, l’attendent. Le riche a été choisi pour aller baiser la main du souverain. L’autre est jaloux. La guerre des classes est déclarée. Elle se terminera au milieu de la forêt, dans le sang."

 

Abdellah Taïa, dans Le jour du Roi, traite de la différence sociale. Un riche et un pauvre peuvent-ils se comprendre, être amis ? C'est tout l'intérêt du livre à mon avis. Le style, par ses phrases très -très- courtes donnent un rythme assez intéressant... mais passé le début, je m'en suis lassée. Il n'apporte plus rien, et gêne même à la compréhension... j'avoue que je n'ai pas du tout compris certains dialogues ! Tout est confus, comme dans le rêve, non le cauchemar d'Omar... Voilà ça se contredit sans cesse. Et la fin est encore moins compréhensible. J'aime en savoir plus sur les personnages secondaires mais la dernière partie semblait déconnectée du reste de l'histoire (même si l'auteur fait référence aux personnages principaux). Dès la moitié du livre, qui est pourtant court, je me suis demandée où voulait en venir l'auteur... et à part le rabachâge des riches contre les pauvres (et vice-versa) je n'ai pas trouvé grand-chose.

 

Bref, je suis passée complètement à côté de ce roman Le jour du Roi. Dommage car le thème m'intéressait beaucoup.


V.

 

Le jour du Roi entre dans le challenge "Un mot, des titres" pour la session 7 ainsi que dans le challenge "Petit Bac 2012" d'Enna pour la catégorie "métier/fonction".

Pour voir mon avancée dans les challenges : cliquez sur Challenges.

Challenge Un-mot-des-titres

challenge petit-bac 2012

Repost 0