Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 11:09

9782756102634.jpgLa Mecque-Phuket est un livre qui m'a été conseillé par ma soeur. Pour la petite histoire, nous étions à la bibliothèque et je ne savais absolument pas quoi choisir, elle m'a alors conseillé ce titre, qui heureusement était disponible. Elle a vraiment bien fait, je l'ai tout simplement dévoré. Comme il fait environ 200 pages, il se lit en quelques heures et dépeint avec une grande fraîcheur la vie d'une famille musulmane qui habite la banlieue parisienne et plus particulièrement sur les 2 soeurs qui économisent sur leurs petits boulot pour pouvoir offrir un pélerinage à leurs parents. D'où le titre "La Mecque", mais alors pourquoi Phuket, ça pour le savoir il faut que vous lisiez le livre !

En tout cas, je garde une très bonne impression de cette écrivaine, qui parait-il est en train d'adapter son roman au cinéma. Je ne sais pas si c'est une autobiographie, en tout cas, le style de Saphia Azzeddine est très juste et en aucun cas donneuse de leçon. Elle alterne avec justesse, les passages qui font sourire, mais aussi la manière dont il nous arrive parfois de stigmatiser une partie de la population française.

En conclusion, un très bon livre que je recommande à tous.

à bientôt

Jo

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 18:06

vol-au-dessus-d-un-nid-de-coucou_kesey.jpg

Après avoir lu Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué de Howard Buten, j'ai choisi Vol au dessus d'un nid de coucou de Ken Kesey pour ma deuxième participation au challenge "Psy" de The book addictes. challenge psyCe roman m'intriguait, car de nombreuses critiques en faisait l'éloge et qu'il avait été adapté en film.

 

Vol au dessus d'un nid de coucou raconte le quotidien des pensionnaires d'un asile terrorisés par une infirmière surnommée "La Chef". C'est alors qu'arrive Mc Murphy qui a choisi l'asile pour échapper à la prison. Il va décider de se révolter et de mener la vie dure à cette infirmière qu'apparemment rien ne trouble... "Une lutte commencée à la façon d'un jeu qui devient peu à peu implacable et tragique".

 

Pour commencer, j'ai vraiment apprécié Vol au-dessus d'un nid de coucou, il est très prenant et l'écriture soignée. Il dénonce le traitement infligé aux "fous" comme l'électrochoc, et autres tortures plus... "psychologiques". C'est très intéressant de voir s'affronter deux fortes personnalités telles que Mc Murphy et La Chef. Certains passages, malgré le thème très sombre, font rire et nous engagent nous aussi dans ce "jeu". Ken Kesey a choisi un point de vue particulier ici puisque c'est un pensionnaire qui parle "Grand Chef" (c'est un indien) qui se fait passer pour sourd et muet alors qu'il ne l'est pas du tout. On observe ainsi des scènes comme si on était lui, c'est très plaisant ! Même si j'ai beaucoup moins aimé les passages où il raconte sa vie d'avant... j'ai trouvé que ça cassait le rythme du roman et que ça n'apportait rien... Cependant c'est bien là le seul défaut (si on s'est fait aux multiples personnages aussi ^^).


En bref, Vol au-dessus d'un nid de coucou est une formidable description et un fin plaidoyer pour évoquer le Système, celui qui détermine qui est fou de qui ne l'ai pas, et qui s'en sortira ou pas...

 

V.

 

PS : j'ai très envie maintenant de découvrir le film et de voir comment les différentes émotions ont été retranscrites. Je vous tiens vite au courant de mon avis ;)


Repost 0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 17:07

41GQKZC5APL._SL500_AA300_.jpgEn voilà un titre pas banal ! Je pense même que c'est ce qui avant tout m'a attiré vers ce livre. Ensuite, comme pratiquement à chaque fois, le résumé de la 4ème de couverture, très bien fait. L'histoire n'est pas banale et peu sembler un peu dure au départ, mais c'est sans doute ce qui fait la particularité du livre de Gilles Paris.

Vous souhaitez sans doute, maintenant connaître l'histoire ou en tout cas en avoir un aperçu ? Je vous comprends, comment un livre peut-il à la fois traiter d'un sujet délicat et s'appeler Autobiographie d'une Courgette ? C'est très simple : Courgette, c'est le surnom d'un petit garçon de 8/9 ans qui tue par accident sa maman en pointant un revolver sur elle (je vous l'avais dit, ce n'est pas le pays des bisounours). Suite à cet accident le petit garçon qui s'appelle en réalité Icare est déclaré incapable mineur et placé en foyer. C'est à partir de ce moment-là que Courgette va découvrir ce que veut dire le mot famille et amis. Et oui, contrairement à ce que l'on pouvait penser, Icare n'était pas heureux avec sa maman qui buvait beaucoup trop et le frappait. Par contre, dans ce foyer, il se fait de nouveaux amis et se sent beaucoup plus protégé et aimé.

Je ne sais pas trop pourquoi j'ai choisi ce registre, sûrement pour changer de mes éternels romans policiers/historiques ^^. Malheureusement ce livre ne m'a pas convaincu. Malgré une histoire riche et très intéressante, Gilles Paris a préféré faire le choix de se mettre à la place de Courgette et de parler comme un enfant de 9ans. C'est très touchant, les 20 premières pages, mais cela devient vite lassant par la suite. Dommage, car l'histoire est bien construite et montre qu'être placé en foyer n'est pas forcément la pire chose pour un enfant. Bien sûr, je ne fais pas la promotion des foyers d'accueil, mais au final Autobiographie d'une Courgette casse un peu tous les préjugés que l'on peut avoir sur les enfants dits "difficiles" et c'est au fond ce que je retiendrai de ce livre.

à bientôt

Jo

Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 18:20

9782080687609FS.gifVoici mon article (avec un peu de retard, désolé) pour la deuxième participation au challenge « Un mot, des titres » lancé par Calypso sur Livraddict. Pas trop de souci pour trouver le titre contrairement à la dernière fois, puisque je savais exactement quel livre choisir !

L'insoumise du Roi-Soleil m'est apparu comme une évidence, puisque cela faisait très longtemps que je souhaitais le lire et que je n'en avais pas eu l'occasion. C'est désormais chose faite. Ce qui m'a avant tout convaincu, c'est le résumé de la 4ème de couverture, vraiment très tentant. Comme je l'ai trouvé excellent, je vais le partager avec vous : 

"Qui croit briller en approchant le Roi-Soleil peut se brûler les ailes. Et tomber dans les redoutables pièges de la Cour de Versailles. Hélène de Montbellay, jeune provinciale que rien n'effarouche, est-elle la mieux armée pour déjouer ces traquenards, elle qui a connu l'insouciance bienheureuse de son Anjou natal ? L'apprendra-t-elle à ses dépends, elle qui découvre en 1682 le palais du pouvoir absolu pour quérir le pardon de Louis XIV qui a fait condamner son père ? Un comédien mystérieux, un valet fanfaron, un fantôme tueur, Madame de Sévigné, La Montespan, Madame de Maintenon... et bien sûr le plus grand des Rois révélé dans ses tourments les plus secrets. Mais aussi des complots religieux, des serments trahis, des poisons, le poids de l'intolérance et la mort en guet-apens Hélène de Montbellay va oser affronter tous les dangers........."

Et voilà, pas mal, non ? Pour les fans de la saga des "Angélique" vous ne serez pas déçu. En tout cas, je ne l'ai pas été. Tous ces personnages historiques rencontrés au fil des pages ne font qu'atiser notre curiosité et nous plonge pendant un temps, dans l'époque fascinante de Louis XIV. Difficile de ne pas s'imaginer à la place du personnage principal en train d'évoluer à la cour du plus célèbre des rois de France. Un très bon livre, que je recommande, sans hésiter pour tous les amateurs de romans historiques. Décidément quelle bonne idée de participer à ce challenge, 2 livres et 2 bonnes découvertes, merci V. :)

à bientôt

Jo

 

Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 17:47

Quand-j-avais-cinq-ans--je-m-ai-tue.jpgJ'ai lu Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué dans le cadre de ma première participation au challenge "Psy" de The book addictes. challenge psyCertains commentaires étaient élogieux et le titre m'a tout de suite intriguée, voilà pourquoi j'ai décidé de commencer par cette lecture.

 

Voic un extrait de la quatrième de couverture pour vous renseigner sur l'histoire : "Gil n'a que huit ans. Mais son petit coeur a déjà connu de bien grands sentiments.Trop grands. Trop forts... A cause de ce qu'il a fait à Jessica, le voici dans une résidence spécialisée. Seul, face à la bêtise des adultes qui transforment ses rêves en symptômes cliniques, et son amour en attentat. Seul dans une forteresse de silence. Qui pourra l'y rechercher ?"

 

Tout d'abord je suis assz partagée sur ce livre... je l'ai apprécié par certains aspects mais j'ai été rebutée par d'autres. Le style de l'auteur reprend les fautes de language (comme dans le titre) des enfants et cela m'a géné. Même s'il faut reconnaître que c'est très intéressant d'avoir ce style là car on n'oublie à aucun moment que l'histoire concerne un enfant de huit ans. Il y avait aussi des longueurs, et le livre aurait pu être raccourci sans problème. Ensuite le "crime" commis par Gil n'est annoncé qu'à la toute fin du livre et je me suis rendue compte que je n'ai lu que pour savoir ! La fin est elle par contre très ambigûe mais cela m'a beaucoup plu car elle laisse à réfléchir sur la différence de perseption entre adultes et enfants. Les passages que j'ai préférés, et qui n'étaient malheureusement pas les plus nombreux, sont ceux où Gil était dans la "Résidence Home d'Enfants les Pâquerettes" et où on avait à la fois son point de vue et celui des psychologues (un chargé de le "soigner" et un autre). C'est d'ailleurs à cet autre que je pense : Rudyard qui instaure petit à petit un climat de confiance entre lui et Gil. C'était très intéressant à découvrir et à lire ! L'auteur Howard Buten étant lui-même un psychologue clinicien, était-ce sa façon de s'insérer dans son histoire ?

 

En bref, je n'ai pas été convaincue par ce roman mais il passe un message très important : un enfant n'est pas un adulte, mais il convient en tout temps de le traiter comme un être humain avec des sentiments. C'est en tout cas la façon dont j'ai perçu Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué.

 

V.

Repost 0
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 07:15

laReineSoleilVoici mon billet pour ma deuxième participation au challenge « Un mot, des titres » lancé par Calypso sur Livraddict. Le mot étant « soleil », j’ai beaucoup cherché mon titre jusqu’à tomber sur ce roman de Christian Jacq La Reine Soleil qui me disait bien, sachant que je n’avais entendu que des éloges sur cet auteur.

 

Voici la quatrième de couverture : "Dans la Cité du Soleil brûlent les derniers feux du règne d'Akhénaton et de Néfertiti. L'Egypte est au bord du gouffre et s'inquiète : qui succédera à ces souverains exeptionnels ? Les regards se tournent vers Akhésa, troisième fille du couple royal, à l'extraordinaire beauté, déterminée à poursuivre l'oeuvre de paix de son père. Elle montera sur le trône aux côtés d'un jeune homme follement amoureux, le célèbre Toutankhamon. Admirés, mais isolés, sauront-ils préserver la destinée de l'Empire égyptien et braver le puissant Horemhed, éminence grise du pouvoir qui rêve d'être pharaon ?"

 

C’est mon premier livre que je lis sur l’Egypte antique, et comme je ne connais pas grand-chose sur cette période (quelques noms de Pharaons, les pyramides, la momification et ça s’arrête là), j’ai beaucoup apprécié en savoir plus. Et Christian Jacq étant égyptologue, il nous renseigne sur cette époque. Et sans nous étaler toute sa culture de manière brutale (et ennuyeuse ?), il nous raconte l’Histoire comme il la voit : romancée, et c’est un bonheur ! Ca nous change de ces auteurs qui font des recherches (très bien jusque là !) mais qui glissent les éléments appris partout pour un rien et qui n’apportent rien au livre. Les annexes sont aussi très intéressantes et donnent envie d’en lire et d’en savoir d’avantage ! Concernant l’histoire en elle-même elle est très prenante avec ses complots, ses personnages variés et ses rebondissements. Par contre je ne me suis pas trop attachée, ni identifiée à l’héroïne (elle est plutôt énervante) mais elle rend l’intrigue passionante (tout repose sur elle). J'ai apprécié que Christian Jacq ait pris le point de vue d'une femme pour cette époque !

La Reine Soleil était donc une réelle bonne découverte, que je vous conseille à tous ! Cette lecture m’a donné envie d’approfondir mes connaissance sur l’Egypte et de continuer à lire cet auteur. Sa série Ramsès me tente fortement !

 

V.

 

PS : quelques jours après avoir fini le livre, voilà que je zappe à la télévision sur un reportage sur l’Egypte antique ! Très intéressant et qui donne une raison de plus de lire des nouvelles choses sur cette époque !

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 11:21

un_lieu_incertain.jpg

 J'ai acheté ce livre dans un aéroport et il m'a tout de suite fait de l'oeil, sachant que j'en avais beaucoup entendu parlé. Un lieu incertain de Fred Vargas est un policier et donc un livre tout à fait adapté quand on veut vite s'intégrer dans l'histoire et ne plus entendre les bruits alentours.

 

Un lieu incertain est la réunion de deux enquêtes a priori sans rapport : une vingtaine de chaussures et de pieds coupés, soigneusement alignés, en face des portes du cimetière de Highgate à Londres et un terrible massacre dans un pavillon de banlieue en France. Le commissaire Adamsberg est chargé de l'enquête, mais jusqu'où l'entrainera-t-elle ?

 

J'ai apprécié rentrer très vite dans l'histoire, on voit déjà se dessiner sous nos yeux les pieds coupés devant le cimetière ! C'est mon premier roman de Fred Vargas que je lis et je peux dire que j'ai tout de suite accroché à son style. Le personnage d'Adamsberg est très bien décrit et je me suis reconnue parfois dans certains de ses "tics" ou "défauts" ou "particularités" (appelez ça comme vous le voulez). Les touches d'humour glissées par-ci par-là apportent un souffle agréable dans ces histoires noires. J'ai regretté cependant ne pas avoir lu les autres histoires d'Adamsberg car parfois Fred Vargas y fait référence. Cela n'empêche en rien de comprendre l'histoire et donne même envie de découvrir les romans précédents ! Ne vous étonnez donc pas si vous retrouvez Fred Vargas dans les prochains articles ^^

 

Un lieu incertain est en tout cas une histoire magnifiquement bien menée, les personnages sont nombreux (au début j'ai eu un peu de mal mais après on les connait presque tous) et les rebondissements inattendus ! Un vrai policier ! Si vous aimez les enquêtes policières, Un lieu incertain de Fred Vargas doit être votre prochaine lecture !

 

V.

Repost 0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 12:50

41EozXla3AL._SL500_AA300_.jpgCe titre vous dit certainement quelque chose ? Si vous n'avez pas lu le livre, peut-être avez-vous vu le film de Martin Scorsese avec Léonardo Dicaprio ? Pour ma part, j'ai lu le livre, mais malheureusement après avoir vu le film. Pourquoi malheureusement ? Tout simplement parce que les deux sont exactement identiques. J'ai simplement eu l'impression de revoir le film, mais d'en connaître déjà la fin !

Pour le petit résumé, c'est très simple : le marshall teddy Daniels est chargé de mener l'enquête avec son coéquipier Chuck sur la disparition d'une patiente d'un hopital psychiatrique. Le problème est que cet établissement se trouve sur l'île de Shutter Island et qu'il n'y a aucune trace de son évasion. C'est en pleine tempête que Teddy Daniels va essayer de découvrir la vérité, mais à quel prix ?

Une nouvelle fois Dennis Lehane nous plonge dans un univers dont lui seul a le secret. Une écriture soignée, des personnages très complexes, mais très intéressants à découvrir au fil des pages.  Et que dire de la fin, tout simplement géniale ! Un rebondissement comme il en existe rarement. Dommage, qu'en ouvrant le livre je savais déjà comment il se terminerait. C'est comme voir un tour de magie et connaître le truc, toute la magie s'est envolée.

Dans tous les cas je recommande ce livre à tous ceux qui n'ont pas vu le film, car il mérite vraiment le détour. Pour les autres, je pense que voir le film ou lire le livre est amplement suffisant.

à bientôt 

Jo

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 18:39

9782265085534.jpg Et oui, une nouvelle fois je reviens vers cette catégorie de livre que j'apprécie tout particulièrement : la chicklit autrement dit la litérature de poulette (au cas où vous ne le sauriez pas). Et forcément je ne suis pas déçue, quoi de plus jubilatoire de lire un livre sur 4 femmes qui sont passionnées de chaussures de luxe et auxquelles il arrive une tonne d'aventures ? Je vous le demande. Je sais, vous allez me dire que ce doit être un livre très superficiel, qui ne traite que de mode et de produits de luxe. Et bien pas du tout ! En fin si peut-être un peu, sinon ce ne serait pas marrant, mais il y a beaucoup d'autres choses : les problèmes d'argent, le regard des autres, les employés mal traités, l'amitié, etc. Des sujets très concrets, qui concernent la plupart d'entre nous, non ?

En fait, là je crois que je viens de vous faire le résumé du livre en 2 lignes, mais pour celles et ceux qui voudraient avoir un peu plus de détails, voici l'histoire que nous raconte Beth Harbison : 

"Certaines femmes, paraît-il, n'atteignent jamais le plaisir. Lorna, Hélène, Sandra et Joss, quant à elles, savent très bien comment monter au septième ciel : il leur suffit de regarder, toucher, essayer et - comble de jouissance - s'offrir les plus belles chaussures de luxe must have du moment en faisant exploser leur compte en banque. Le problème, c'est qu'elles ne peuvent pas se contrôler. Ces droguées aiment les chaussures de manière compulsive, démesurée, irrationnelle, passionnelle... elles sont addicts. Et pour que leur plaisir ne reste pas solitaire, l'incorrigible acheteuse sur eBay endettée, la femme de sénateur, l'hôtesse de téléphone rose agoraphobe et la jeune baby-sitter harcelée par sa patronne, quatre pointures identiques, décident de former le club des «Shoe Addicts». Chaque semaine, elles se retrouvent pour échanger escarpins, mocassins, sandales et autres petites paires aussi divines qu'irrésistibles... Mais bien plus que leur addiction commune, les quatre amies vont rapidement partager de nouveaux secrets. Des fardeaux jusque-là inavouables et devenus trop lourds à porter... Et vous ? Quand rejoignez-vous le club ?" source : fnac.com

Alors vous en pensez quoi, vous rejoignez le club, parce que moi, je ne l'ai regretté à aucun moment. J'ai été emporté dans l'histoire du début à la fin et je me suis attachée à tous ces personnages. Le style direct de l'auteur passe très bien, pas de longueur. Je dirais même que ce livre est très efficace pour remonter le moral et passer un excellent moment. En d'autres termes : parfait pour un mois d'août.

à bientôt

Jo

Repost 0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 09:43

Les-Demoiselles-de-Provence.jpg Et un livre de plus, un ! Malheureusement pas à la hauteur de mes espérances. Au moins le ton est donné et vous savez à quoi à vous attendre en lisant ma critique !

D'abord, comme à chaque article, petit résumé de l'histoire, qui s'annonçait pourtant prometteur : Raimon Béranger V, comte de La Provence au XIIIè Siècle a tout pour être heureux : il a réussi à faire de son royaume un comté prospère et a épousé une très belle femme, malheureusement cette dernière, la jolie Béatrice ne lui a donné que 4 filles : Marguerite, Eleonore, Sancie et Béatrice (et oui à l'époque seul les garçons comptaient, super !). Donc personne pour reprendre sa succession. Au lieu de s'appitoyer sur son sort, il décide de marier ses filles aux rois des royaumes les plus convoités d'Europe (rien que ça). Et c'est ainsi que chacune se retrouve mariée au roi de France ou à son frère, à celui d'Angleterre ou à celui d'Allemagne. Toute l'histoire tourne donc autour de ces 4 reines et la manière dont elles ont vécu leur ascension au pouvoir. Ce que j'ai vraiment aimé est surtout que l'on vit avec elles leurs émotions, leur intimité et leurs secrets... et c'est comme cela que j'ai pu dans un certain sens m'identifier à elle (oui, je sais, je ne suis pas une reine, mais bon on peut toujours rêver !)

Les petits + : Très bon livre pour notre culture G, un peu d'histoire, cela ne fait jamais de mal à personne ^^. Patrick de Carolis est un bon auteur et on sent qu'il s'est extrêmement bien documenté. Il n'omet aucun détail. La Provence est très bien décrite, ainsi que le XIIIè Siècle en général, avec la partie des guerres et des croisades...

Ce qui m'amène à mes points négatifs : et ben en fait, on se rend compte, qu'il ne faisait que ça à cette époque : la guerre et des croisades. Alors, une ça va, deux ça passe, mais au bout de la 3ème, tu te dis qu'il n'a qu'à y rester en croisade, s'il aime tellement ça ! Et puis bah, les femmes ce n'est pas mieux, elles n'ont qu'une mission : faire des enfants, mais attention, seulement des garçons et oui, nous, on n'avait pas notre place. C'est peut-être aussi pour ça que je n'ai pas trop aimé ce livre, même si je sais bien que cela marchait comme ça au moyen-âge, ce n'est pas facile à lire pour une fille du 21è siècle ^^.

D'un côté, je reviens à mes points positifs, j'ai beaucoup aimé le partie pris de Patrick de Carolis de se mettre à la place des reines et non des rois. Cela ne devait pas être très facile et il s'en sort plutôt pas mal. Cependant cela ne rattrappe pas les nombreuses longueurs de discusions et de guerre pour savoir laquelle des terres va à qui.

En conclusion, si vous aimez cette période de l'histoire, vraiment je vous recommande ce livre. Si vous ne loupez pas une émission "des racines et des ailes", courez l'acheter. Les autres, passez votre chemin et choisissez une autre période historique !

à bientôt

Jo

Repost 0