Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 07:15

En tout début d'été j'ai découvert le blog de Leiloona et son atelier d'écriture "Une photo, quelques mots". Après de nombreuses vistes et de magnifiques lectures écrites par les participants, j'ai décidé de me lancer et de faire partie, moi aussi, de cet atelier d'écriture.

 

Le principe en quelques phrases : Leiloona poste chaque semaine une photographie qu'elle aura choisie. Cette photographie sert de base pour écrire notre texte. Les textes sont publiés chaque lundi, avec ni ton ni genre imposé. Bien entendu, la photographie et le texte ne sont pas libres de droit !

 

Voici ma troisième participation :

voyage

©Romaric Cazaux

 

 

     Je me souviens de ma jeunesse, passée dans l'avion avec juste un sac à dos pour bagage. Je faisais de l'auto-stop pour aller où je voulais. Sans attache c'était facile et je garde encore quelques bons contacts de mes anciennes rencontres. Un voyage, des voyages dans mon cas, ça vous change. On apprend des autres cultures, on ne se dit pas tout le temps, c'est mieux chez nous, pourquoi tout le monde ne nous suit pas ? Et non, parfois on a de grandes claques. Et puis un jour, j'ai rencontré la femme de ma vie, et je suis devenu son mari quelques années plus tard. Chose incroyable on s'était rencontré au Chili, en vadrouille tous les deux comme on dit. On a fait un bout de chemin ensemble, puis on s'est perdu... c'est à ce moment là que je me suis aperçu que j'avais quelque chose, quelqu'un, que je ne voulais surtout pas perdre... On s'est retrouvé (quelle joie indescriptible que j'ai ressenti, elle aussi, je l'ai vu) par les hasards de la vie... Je vous raconterai cette partie une autre fois, sinon vous êtes partis avec moi pour un bout de temps ! Enfin bref, tout cela pour vous dire qu'on s'est installé ensemble, un pied-à-terre à nous. Le voyage non-stop ne me manque pas. Chose que je trouve étrange puisque j'ai toujours aimé ça. Mais il faut dire que j'ai trouvé ce que je cherchais, même si je ne le savais pas à l'époque. Maintenant je suis chauffeur de bus dans un aéroport, je transporte le temps de quelques minutes les voyageurs arrivés à bon port (ou pas, le vie réserve bien des surprises !). Du coup je m'imagine où sont allés tous ces gens que je ramène avec leurs valises. Ils montent et je me fais tout de suite une idée.


     Prenez cette femme, collée à la fenêtre, elle a du voyager de nuit, vu ses cernes, heu disons la fatigue pour être politiquement correct, qu'elle a. Elle a du donc faire un grand voyage, mais elle a l'air d'être bien donc un voyage pour le plaisir. Je suis sûr qu'elle est allée rejoindre des vieux amis au loin... Un avion de Vancouver est arrivé il y a peu. Elle en faisait partie.


     Ensuite cet homme, jambes écartés pour ne pas tomber quand je démarrerai, au téléphone pour prévenir sa femme qu'il est bien arrivé. Lui à la tête qu'il m'a faite quand il est monté dans mon bus, je peux assurer qu'il était content d'être arrivé ! Un sourire jusqu'aux oreilles. Il a du être loin de sa femme pour un bout de temps. Il a du partir à Berlin, avion posé il y a 10 minutes, sortir le premier, en classe affaire et marcher d'un pas vif pour prendre au plus vite la prochaine navette, la mienne en l'occurrence. Ce sera bientôt les retrouvailles, dommage que je ne les voient jamais... En tout cas lui, on l'a obligé à prendre cet avion. Moi je n'ai jamais vu le voyage comme une contrainte... mais c'était avant, dans ma jeunesse. J'aime toujours autant voyager, découvrir d'autres lieux, d'autres mentalités, d'autres façons de vivre. Mais maintenant c'est toujours à deux !


     Il y a aussi ce jeune, debout lui aussi pour laisser élégamment les places assises aux personnes qui en ont besoin. Il a son sac à dos, mais aussi son immense valise. Nous sommes en septembre et au vu de la date, je dirais qu'il vient pour ses études. Un an vu son air aimanté vers la fenêtre avide de découvertes mais aussi figé par l'appréhension. Tout s'ouvre devant lui. Il a du prendre son départ à Séoul, après avoir trimé comme un malade pour avoir une place dans sa nouvelle université (premier de la classe, mais pauvre, son arrivée est un peu plus tardive que les autres).


     Et enfin il y a lui, avec son bonnet et son air tranquille de baroudeur. Sa guitare enlacée, il me fait penser à moi-même, avec pour seule attache mes pauvres bagages. Il doit voyager par-ci par-là au gré de ses envies. Mais je n'arrive pas à cerner d'où il peut venir : New York, Rio de Janeiro, Tokyo, Sydney ? Ce n'est pas grave s'il n'a encore pas posé les pieds dans ces villes, ça ne saurait tarder ! Un livre suffit à combler ce vide, qui pour l'instant ne le gêne pas. Mais ça non plus ce n'est pas grave puisqu'il ne s'en apercevra qu'une fois qu'il sera heureux, et là il est en marche !

 

V.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cardamone 30/10/2012 14:18

J'adore ce personnage, sa façon de concevoir la vie, son passé, la façon dont il continue à voyager d'une certaine façon à travers les autres grâce à sa curiosité...

Bonne journée!

beL 31/10/2012 07:20



Et bien Cardamone, tu as tout compris !!!! Merci beaucoup pour ton message :)


Bonne journée !



Leiloona 29/10/2012 15:31

J'aime beaucoup les valeurs véhiculées par ton écrit !

beL 29/10/2012 20:05



Merci !!! (je suis bien contente que mes valeurs transparaissent dans mes écrits ^^)



Yosha 28/10/2012 11:22

J'aime beaucoup beaucoup ton idée, c'est original et super bien exploité !

beL 29/10/2012 20:04



MERCI beaucoup Yosha !!! =D