Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 19:34

othello.jpgAprès Hamlet de William Shakespeare, j'avais très envie de lire une autre de ces oeuvres. Voilà qui est fait avec Othello.

Othello parle d'amour, de jalousie et surtout de conspiration ! Des thèmes chers à Shakespeare.

De même qu'Hamlet, j'ai adoré Othello. J'avais peur que l'histoire se répète et que je me lasse. Mais il n'en a rien été ! L'histoire est prenante jusqu'au bout et notre coeur se met à battre plus vite à mesure que la fin approche. J'ai aimé aussi le personnage de Iago qui excelle dans la fourberie ! Et comme pour confirmer mon avis, voilà que deux pages plus tard Iago dit "Et qu'est-ce donc qui dira que je joue le rôle d'un fourbe". Comme quoi j'ai été synchro avec cette pièce !

Ce que j'aime aussi dans le genre des pièces de théâtre c'est qu'il n'y a que des dialogues (ou presque) et qu'il n'y a pas de descriptions inutiles. Que c'est reposant !

Enfin bon, me voilà en train de devenir une fidèle admiratrice de William Shakespeare ! Quant à vous suggérer de lire Othello, il n'y a qu'un pas : que je franchis aisément !

V.

Repost 0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 16:46

Mini-accro-du-shopping-copie-2.jpgEnfin la suite des aventures de notre accro de shoping ! J’attendais ce livre avec beaucoup d’impatience ^^

Ce tome nous raconte ainsi les nouvelles idées (et problèmes) de Becky avec cette fois-ci sa fille Minnie, qui a déjà sa personnalité bien trempée ! D’où le jeu de mot : Mini-accro du shopping.


Dès les premières pages, on se retrouve dans l’ambiance de l’accro du shopping avec les personnages secondaires récurrents : Luke, Papa, Maman, Suze, Tarquin, Jess, Janice, … L’humour, qui fait la force de Sophie Kinsella, est très présent dans ce tome pour mon plus grand plaisir ! Certains passages sont à exploser de rire (l’histoire des carottes par exemple!) Par contre rien d’extraordinaire dans ce tome Mini-accro du shopping, on reste dans du déjà vu. Mais pour ceux, et celles, qui ont aimé tous les tomes précédents de L’accro du shopping, n’hésitez pas : foncez !

 

J’ai adoré cette lecture ! Pour vous détendre, et vous faire rire, il n’y a rien de mieux !

 

V.

Repost 0
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 16:02

63346645.gifEt oui, un nouveau thriller, mais pour l'été quoi de mieux ? Surtout que ce n'est pas n'importe lequel, il s'agit de Mystic River du célèbre auteur Dennis Lehane, également connu pour avoir écrit Shutter Island et Gone baby gone. Sans compter que ce livre a été adapté au cinéma par le génialissime Clint Eastwood.

Maintenant que j'ai énuméré les raisons qui m'ont poussé à choisir ce livre, je vais vous livrer un petit résumé de l'histoire : Dans les années 70, trois garçons, Jimmy Marcus, Sean Devine et Dave Boyle, jouent dans la rue, gravant leurs noms dans le bitume. Une voiture s'arrête alors, deux hommes soit-disant policiers ordonnent à Dave de monter pour qu'ils le raccompagnent chez lui... Il ne réapparaîtra que quatre jours après. Trente ans plus tard, la fille de Jimmy est assassinée dans sa voiture, mettant à nouveau les trois hommes sur la même route.

Au départ, le résumé n'est pas franchement aguicheur, mais tout est dans le style de l'auteur et la façon dont il créé le suspense autour de ce crime. Le but 1er est de savoir qui a tué Katie ? Mais pas seulement, l'auteur mène également une réflexion sur les conséquences de nos actes et nous montre qu'une chose qui s'est passée il y a 30 ans peut très bien ressurgir et changer le cours de nos existences. La clé de cette hisoire reste bien évidemment le crime, qui est parfaitement bien mené. On pense savoir connaître l'assassin dès les 1ers instants, mais ce n'est que pour mieux nous tromper par la suite et nous révéler enfin la véritable identité du meurtrier. C'est un excellent livre, qui nous fait vivre de très bons moments. Les personnages sont parfois un peu trop torturés, mais cela ajoute de la profondeur et de la crédibilité à l'histoire. Je le recommande sans aucune hésitation.

Jo

Repost 0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 12:48

BleueCommeUneOrange.gifJ'ai lu ce livre dans le cadre d'un challenge "Un mot, des titres" très sympa proposé par Calypso sur Livraddict. Ce challenge consistait pour la première session, comme l'a rappelé J. sur sa critique de Meurtres en bleu marine de C. J. Box, de lire un livre dont le titre contenait le mot « bleu » J'ai ainsi choisi Bleue comme une orange de Norman Spinrad.

 

Le titre m'a tout de suite parlé, car il fait référence à la célèbre citation du poète Paul Eluard «  La terre est bleue comme une orange ». L'histoire part sur la base du changement climatique, et plus précisément du réchauffement de la planète. Ainsi Paris est devenue une ville tropicale, certaines régions ont été rayées de la carte à cause de la montée de eaux, certains pays déjà chauds sont devenus inhabitables et la Sibérie a été transformée en un semi paradis. L'ONU va présenter à Paris un modèle climatique révolutionnaire qui permettra peut-être de prédire si la Terre est sur le point d'atteindre la Condition Vénus, c'est-à-dire devenir un enfer inhabitable... un scandale apparaitra : la Grande Machine Bleue est soupçonnée de provoquer délibérément ces troubles climatiques afin de placer sa marchandise !

 

Cette histoire basée sur la science-fiction avait tout pour me plaire...malheureusement cela n'a pas du tout été le cas. J'ai hésité plusieurs fois à arrêter de lire... mais ma détermination (ou mon sadomasochisme, appeler ça comme vous voulez) a pris le dessus et j'ai fini ce roman ! Le premier tiers est là pour poser les bases, mais on s'englue plus qu'autre chose... le deuxième tiers nous retient et l'histoire évolue un peu plus, et est plus intéressante. Certains éléments de science-fiction sont très bien traités (comme un ordinateur à base humaine, et la condition de la Terre qui peut très vite devenir irréversible). La fin, quant à elle, est brouillonne... Une surprise cependant, c'est qu'il y a certaines parties, disons... « érotiques », quant à savoir ce qu'elles viennent faire ici, c'est vraiment une autre histoire ! L'auteur a-t-il voulu ajouter un peu de piquant ?

 

En bref, Norman Spinrad dénonce plusieurs formes aliénations qui nous menacent : le changement climatique, l'informatique qui prend de plus en plus de place et devient de plus en plus « intelligente », les complots en tout genre pour le pouvoir et l'argent, … Voilà pourquoi je me suis accrochée à la lecture. Cependant, bien qu'on m'avait conseillé de lire d'autres livres de cet auteur (un homme à la bibliothèque, ayant vu que je prenais un roman de Norman Spinrad, m'avait suggéré de lire : Jack Barron et l'éternité et Les miroirs de l'esprit) je ne lirais pas de si tôt cet auteur. Les personnages ne sont malheureusement pas très attachants, l'histoire est très compliquée à comprendre (complots de toute part), les personnages principaux sont manipulés et ne comprennent pas grand-chose à ce qui leur arrive (même à la fin!), le lecteur est encore plus perdu qu'eux, et j'ai vraiment lutté pour lire (traduction étrange parfois, des mots en italiques partout alors que ce n'est pas du tout nécessaire...).

Bref, si un jour vous commencez ce livre et souhaitez l'arrêter avant la fin : je ne pourrais que vous encourager dans cette voie !

 

V.

Repost 0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 11:31

3358950002023FS.gif Certains bloggeurs ont souvent la très bonne idée de lancer des défis ou simplement un thème de lecture. Cette fois-ci, le thème était : trouvez un livre dont le titre contient le mot "bleu". Ni une, ni deux, je me précipite dans la bibliothèque la plus proche et cherche un livre avec le mot bleu. Bah mince, il n'y a pratiquement que des livres pour enfants (Le chat bleu, Les lunettes bleues...) Il ne me reste plus beaucoup de possibilités, mais je m'accroche et finalement je tombe sur ce livre : Meurtres en bleu marine. Tiens, tiens un polar. Je crois bien que je viens de trouver le livre parfait pour ma semaine de vacances en Turquie^^

Effectivement je ne suis pas déçue, l'histoire est captivante, un peu à la Mary Higgins Clark, très simple à lire et pas prise de tête, c'est parfait. Petit résumé de l'histoire quand même : Annie et son frère William ont prévu une partie de pêche, mais tout ne se déroule pas exactement comme prévu En effet, ils n'ont même pas le temps d'attrapper leur premier poisson, qu'ils assistent à l'execution d'un homme devant leurs yeux. Ce n'est pas un rêve et pis encore, les assassins les ont vus. Les enfants n'ont plus qu'une solution, s'enfuir et courir le plus vite possible...

 

En quelques mots et pour conclure, je peux dire que ce livre était parfait pour mes vacances et qu'il m'a fait passé d'excellents moments. Seul petit hic, la fin, qui n'est pas très claire, mais sinon très bien. Merci à V. et aperto libro pour cette lecture.

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 12:00

hamlet.jpgDans la suite du livre Le procès de Franz Kafka, j’ai lu Hamlet de William Shakespeare. Sans rapport me direz-vous. Et bien non, le lien se trouve être l’écrivain Jasper Fforde qui dans Délivrez-moi ! m’avait donné envie d’en savoir plus sur Le procès. Pour Hamlet, la logique est un peu plus différente : je l’ai lu en prévision du tome 4 des aventures de Thursday Next intitulé tout simplement Sauvez Hamlet ! Voilà de quoi me donner envie de lire ce très célèbre classique ! Et si je peux améliorer ma culture générale, je ne me fais pas prier ;)

 

Petit résumé, pour ceux qui comme moi n’ont jamais lu Hamlet. Cette pièce est une histoire de vengeance. En effet, Hamlet veut tuer son oncle (et à la fois roi) pour venger son père que son frère a assassiné.

 

Il y avait fort longtemps (du temps du lycée, soit plus de 6 ans !) que je n’avais pas lu du théâtre. Un genre que pourtant j’apprécie beaucoup (pour en avoir joué dans ma jeunesse !). Et cette pièce de Shakespeare est une véritable merveille ! C’est une lecture vivante, je m’imaginais qu’on était en train de jouer la pièce devant moi. Et pour suivre les fans de cet auteur, Shakespeare a une plume exceptionnelle. Il tourne ses mots et ses phrases d’une telle manière que ça en devient presque poétique. Mais peut-être que cela me semble comme ça, car aujourd’hui on ne s’exprime plus de la même manière.... ce qui est étrange aussi car dans cette pièce il est question de vengeance, de complot et de mort… voilà pourquoi il est noté « Fin de la tragédie d’Hamlet » quand on fini la pièce. Je connaissais le pouvoir dramaturge de Shakespeare (pour en avoir entendu parler en cours), mais le lire a un tout autre pouvoir : on s’en rend compte !

 

J’ai appris aussi pendant que je lisais Hamlet que Le roi lion de Disney (oui mes références sont variées ^^) était basé sur l’histoire d’Hamlet. Et rien n’est plus vrai ! Je vois maintenant ce dessin animé (mon préféré) sous un jour nouveau !

 

J’ai énormément apprécié Hamlet de Shakespeare et je ne saurais que trop vous conseiller de le lire !

 

V.

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 19:28

le_proces.gifJ'ai eu envie de lire Le procès de Franz Kafka quand j'ai lu Délivrez-moi de Jasper Fforde qui en parlait. En effet il était question d'aller au tribunal pour Thursday Next qui apercevait Joseph K., notre protagoniste principal dans Le procès. Jasper Fforde parlait de paranoïa, et quelle belle description !

 

Le Procès porte très bien son titre, pendant tout le roman il n'est question que de ça pour Joseph K. Un petit hic toutefois... il ne sait pas de quoi il est accusé ! Un matin, il est arrêté et commence alors "un long périple qui suit les méandres retors de la Loi. Le procès occupe toute son existence. Peut-il continuer à espérer, peut-il se défaire d'être coupable ? Pris dans les rets de cette machine judiciaire absurde, Joseph K. ne sait - ou ne peut- se défendre."

 

La paranoïa est un thème largement abordé et présent durant tout le livre. On en devient paranoïaque nous aussi ! A chaque nouveau personnage, on ne peut s'empêcher d'être méfiant... veut-il du bien, du mal ? Et on n'a pas toujours la réponse tout de suite ! Si on l'obtient d'ailleurs... car le but de cette histoire est quand même la dénonciation de la Loi, et j'ajouterai même du fonctionnement de la Justice ! Beaucoup trop lente, et fixée sur elle-même. Elle est aussi partout (d'où la paranoïa !) On se demande bien comment K. va s'en sortir (comment se défendre alors qu'on se sait même pas de quoi on est accusé ?). J'ai bien aimé aussi que chaque personnage ait son rôle à jouer. En effet, les titres de chapitres ne montrent que des endroits ou des personnes qui vont apporter leur grain de sel et faire "évoluer" l'histoire et donc le procès (exemples : "L'avocat, l'industriel ou le peintre", ou encore plus troublant "A la cathédrale" !). Par contre ne lisez pas ce livre pour vous détendre, il demande une attention constante ! non seulement l'histoire est plutôt compliquée (je le voulais bien) mais la syntaxe n'aide pas... il y a souvent des (doubles)négations qui troublent la lecture... on ne sait plus où veut en venir le personnage : "Leur situation, ajoutait l'avocat, n'était d'ailleurs jamais bien facile, il ne fallait pas leur faire le tord de le croire". Une phrase ça va encore, j'avoue que j'ai parfois eu du mal quand plusieurs pages comme ça se suivaient ! Cependant, malgré ces petits déagréments (qui n'engagent que moi), Kafka arrive très bien à son but et nous fait beaucoup réfléchir sur la Loi ! Car ici, la présomption d'innoncence est plutôt la présomption de culpabilité. C'est à K. de prouver son innoncence alors qu'on ne sait rien des preuves qui l'accusent...

 

Anecdote : Petit plus d'avoir lu Le procès de Kafka, une question est tombée sur lui dans l'émission d'aujourd'hui "N'oubliez pas les paroles" de Nagui, j'ai pu faire celle qui savait ;)

 

V.

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 20:08

41aWiSmyTCL._SL500_AA300_.jpg Avant de commencer, j'aimerai préciser, que je ne suis en aucun cas "obsédée" par le mariage et que ce livre n'est en aucun une allusion ou un signe pour mon petit copain :)

Maintenant, je peux commencer l'article au sujet de ce livre : Mariée à tout prix.

D'abord, comme à chaque chronique, petit résumé de l'histoire : "Après six ans d'amour fou, la vie de Rory et Gemma bascule brutalement : ils vont s'unir pour le meilleur, le pire et pour toujours ! Amy la richissime et désoeuvrée mère du futur marié prend les choses en main et décide d'organiser une fête comme on les aime a Hollywood : robe 100 % tulle pour la mariée, kilts en satin pour les deux cents invités et joueurs de cornemuse pour une ambiance intime... Son imagination est à la mesure de son budget : sans limite. Très vite, le rêve de Gemma se transforme en cauchemar peuplé de demoiselles d'honneur en pleurs, d'oncles et de cousins perdus de vue depuis des lustres : quand la famille s'en mêle, mariage peut rimer avec dérapage..."

Petite critique : Dans l'ensemble, ce livre m'a plutôt plu, ce n'est pas le livre du siècle et dans le genre chicklit, Zoé Barnes est loin d'égaler le talent de Sophie Kinsella, mais elle a du style. Elle retranscrit très bien les problèmes de la vie de tous les jours. Si l'on est en couple (comme moi, mais ça, je crois que vous l'avez compris !), il est très facile de s'identifier aux personnages principaux et comprendre leurs joies et leurs peines. Tous les ingrédients sont réunis pour nous faire passer un bon moment et si vous aimez ce genre de livre, je vous le recommande, à cette période de l'année, sur la plage, en train de se faire bronzer, il est parfait !!

à bientôt.

Repost 0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 15:41

messager.jpgAprès Le passeur, que j'avais énormément apprécié, et L'élue, qui m'avait déçue, voici Messager qui est un entre-deux pour moi. Si vous n'avez lu, ni Le passeur, ni L'élue, passez cette critique qui risque de vous gâcher la surprise de la lecture.

 

Pour les autres voici tout d'abord le résumé de Messager. Tout d'abord l'histoire se base sur Matty, un personnage secondaire, mais attachant de L'élue, 6 ans après les évèvements. Ce jeune garçon livre des messages entre plusieurs contrées : notament entre Village (là où il est allé) et la ville dont il est parti (où se trouve Kira). Il a été recueilli par le père de Kira, et s'en va faire un dernier voyage pour ramener celle-ci au Village. Il faut faire vite car Village, contrée acceuillante et hospitalière se change peu à peu en Village aigri et égoïste. Plusieurs personnes veulent "fermer les fontières".

 

Au vu de ce résumé le lecteur peut faire beaucoup d'amalgames avec ce qu'il se passe aujourd'hui et se passerai si certains ont gain de cause...les villageois commence d'ailleurs à construire un "mur" pour que les étrangers ne puissent plus venir... En dehors de cette formidable dénonciation, j'ai eu l'agréable surprise de retrouver le personnage principal du livre Le passeur ! On le retrouve subtilement (Lois Lowry ne donne pas son nom), ce qui m'a beaucoup plu. L'histoire contient plus d'action que L'élue (heureusement) et on se retrouve plongé dans le roman beaucoup plus vite. Par contre je n'ai pas eu réponse à toutes mes questions. Je me demande parfois où veut en venir Lois Lowry... Une morale me parait sortir de ces livres (cela ne tient qu'à moi, j'aimerais d'ailleurs beaucoup avoir vos avis!) : le sacrifice pour un monde meilleur... et qu'il ne faut jamais oublier d'où l'on vient.

 

Pour finir, Messager apporte quelque chose à la trilogie mais n'est pas au niveau du tome Le passeur qui restera un livre inoubiable.

 

V.

Repost 0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 22:50

lelue.jpg

Après avoir lu Le passeur de Lois Lowry, et l'avoir hautement apprécié, j'avais hâte de connaître la suite. En effet, j'ai appris (bien qu'il faille chercher) que Le passeur était le premier tome d'une trilogie.

 

Je commence donc L'élue de Lois Lowry avec envie. Première petite déception, ce tome ne reprend absolument pas les personnages ni le monde du tome Le passeur. L'histoire de L'élue se déroule dans un monde où la violence est monnaie courante. On élimine ainsi les faibles (malades, infirmes, ...) les emmenant au "Champ" , les femmes n'ont pas le droit ni de lire ni d'écrire et les hommes sont présents pour la chasse. Un monde qui ressemble fort à notre monde dans une époque lointaine (quoique...). Kira (l'élue), ayant une jambe affaiblie, ne doit son salut qu'à  son extraordinaire don pour la borderie. Elle a été épargnée parce qu'elle a été choisi pour restaurer et acherver la Robe sur laquelle est inscrite toute l'histoire de son peuple...

 

Malgré une histoire qui ne me plait pas trop, je me lance rapidement dans la lecture...Et je trouve, malheureusement pour moi, une histoire qui peine à démarrer avec des répétitions à foison (j'ai horreur de ça ! Le lecteur a quand même une mémoire non ? ) Les personnages ne sont pas antipathiques, mais j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher. Après un début très très laborieux (j'ai lutté pour ne pas abandonner), l'autre moitié du livre est un peu plus intéressante, même si très lente pour révéler les intrigues ! En effet je n'ai tenu que pour savoir ce qu'il se cachait derrière la restauration de cette fameuse Robe... Certains évènements et nouveaux personnages rendent l'histoire plus étoffée et plus intriguante. Quelques réponses sont données à la fin mais elles ne me satisfont pas du tout. Par contre bonne nouvelle, la suite : Messager, reprend un personnage qu'on avait découvert dans L'élue ! Le lecteur va peut être avoir de plus amples explications ! Car, de nouveau malheureusement, dans L'élue on s'attend aux quelques  révélations qui se voulaient surprenantes...

 

Bref, j'ai été très déçue par cette suite. Elle n'apporte aucun nouvel élément, elle se calque sur la trame du tome Le passeur : un enfant est "l'élu", il tient entre ses mains l'histoire de son peuple et il fait tout pour l'entretenir. A part ça d'ailleurs, on peut se poser la question sur la légitimité et la nécessité de cette suite...Un seul mot ? Bof.

 

V.

 

Repost 0